AccueilRestez informésRevue de presseDL du 30/12/2016

DL du 30/12/2016

Ces événements qui ont marqué l’année 2016

18 JANVIER Valfréjus : six légionnaires tués par une avalanche

Ils entamaient leur deuxième semaine de stage au groupement d’aguerrissement en montagne de Modane. Quatorze légionnaires du 2e régiment étranger du génie de Saint- Christol sont emportés, le lundi 18 janvier, par une avalanche alors qu’ils évoluent, en ski de randonnée, sous le col du Petit-Argentier. Cinq sont tués sur le coup, un sixième, évacué sur Grenoble en état d’hypothermie sévère, décédera quelques jours plus tard. L’opération de secours a mobilisé des dizaines de personnes. Trente-sept d’entre elles ont reçu, cinq mois plus tard, la médaille pour acte de courage et de dévouement. Deux enquêtes, internes à l’armée de terre et judiciaire, ont été ouvertes pour déterminer d’éventuelles responsabilités. Photo Le DL/Thierry GUILLOT

La nouvelle intercommunalité veut faire un succès d’une fusion imposée

Le 1er janvier à 0 heure, le président de la Communauté de communes Haute Maurienne Vanoise s’appellera… Pierre Huart. Mais son bureau sera à Modane, puisque cette nouvelle intercommunalité regroupera la CCHMV actuelle et Terra M o d a n a . P o u r q u o i lui ? « Parce que la loi prévoit que jusqu’à l’élection du nouveau, c’est le plus âgé des deux présidents sortants qui assure l’intérim », répond-il, d’une seule voix avec Christian Simon, président de Terra Modana. Le plus curieux, c’est que le 11 janvier, quand le nouveau président aura été élu, Pierre Huart ne siégera plus au conseil communautaire : la commune de Lanslevillard n’y ayant qu’un représentant, la place revient au maire Paul Chevallier. « Je n’en suis pas malade et mon ego n’en prend pas un coup », sourit celui qui a pourtant été en première ligne, avec son homologue modanais, pour préparer cette fusion imposée par la loi “Notre”. Le travail a été effectué au sein d’un groupe comprenant six conseillers communautaires de chaque “comcom” sortante, mais « tous ceux qui n’en faisaient pas partie ont pu poser des questions », insiste Pierre Huart, « d’ailleurs, dans les réunions, ça discute, mais ça ne se bat pas ». « On est souvent arrivé avec nos idées, et reparti avec celles des autres », renchérit Christian Simon. Philippe Reymond, directeur général des services de Terra Modana, qui continue à ce poste dans la nouvelle intercommunalité, s’en félicite  : « on est bien parti pour travailler ensemble ». De Saint André à Bonneval su rArc, la volonté de sortir par le haut d’une situation imposée l’a emporté. Frédéric THIERS

Pierre Huart et Christian Simon : « on applique la loi, et si ça s’est bien passé, c’est peut-être parce que justement, c’était compliqué ». Photo LeDL/F.T.

Tourisme : un gros morceau, plutôt cher

Le passage de l’essentiel de la compétence en matière de tourisme, imposé par la loi Notre, à l’intercommunalité, donne un peu des sueurs froides aux élus., surtout du côté modanais. Car si le tourisme était déjà intercommunalisé en Haute Maurienne Vanoise, il restait, en Terra Modana, de la compétence des communes. La nouvelle comcom devra, ainsi, prendre en charge ce que les communes versaient à leurs offices de tourisme respectifs. Pour cela, elle n’a qu’une solution : augmenter les impôts. Or, seules les communes qui étaient supports de station pourront diminuer leurs impôts en regard, puisque ce sera pour elle une charge en moins (à condition qu’elles le souhaitent, bien sûr). Les autres, au premier rang desquelles Fourneaux, n’ont rien à rendre à leurs contribuables, qui devront participer à l’effort commun. En clair, le contribuable forniolin paiera désormais pour le futur office de tourisme communautaire. « Notre premier travail sera de faire passer la pilule », concède Christian Simon. Cet office intercommunal ne verra pas le jour tout de suite : l’État accorde une tolérance pour finir la saison d’hiver avec les structures actuelles. Il verra le jour d’ici quelques mois, mais personne ne sait encore s’il aura un statut associatif, de société d’économie mixte ou d’établissement public industriel et commercial. Le problème se pose de façon similaire pour la gestion des zones d’activités économiques et de ce que l’on appelle la “Gemapi” (gestion des milieux aquatiques et prévention des inondations). Ce n’est pas directement lié à la fusion, puisque même si elle n’avait pas eu lieu, pour Terra Modana le transfert de la compétence touristique aurait été effectif (la Haute Maurienne l’exerçait déjà). La fusion, au contraire, va lisser un peu le phénomène : « on ne serait pas ensemble, l’augmentation des taux communautaires de Terra Modana aurait été de 80 % », avoue Christian Simon.

Deux ans pour définir toutes les compétences

Les intercommunalités ont des compétences obligatoires, d’autres optionnelles (il faut en choisir certaines dans une liste), d’autres facultatives. Pour ces dernières, les deux “comcom” étaient plutôt complémentaires. La nouvelle a deux ans (un an pour les compétences optionnelles) pour dire si elle les conserve, ou si elle les rend aux communes. Par exemple, le transport continuera d’être assuré par la nouvelle communauté, mais seulement sur le territoire de l’ancienne HMV. S’il est conservé, il sera étendu à l’ensemble. « Nous sommes plutôt partis pour garder des compétences que pour en rendre », estiment les présidents. Mais ce sont les élus SAINT-JULIEN-MONTDENIS qui en décideront.

LE CHIFFRE

25 C’est le nombre d’élus au nouveau conseil communautaire : 10 pour Modane, deux pour Fourneaux, deux pour Lanslebourg, et un pour chacune des onze autres communes. Il y aura sept vice-présidents, et autant de grands domaines de compétence ont été dessinés. La communauté de communes s’appellera “Haute-Maurienne Vanoise”, son siège sera à la maison cantonale de Modane, et son logo sera l’actuel de Terra Modana, légèrement modifié.

A PHRASE

On ne va pas se le cacher, la fusion se traduira par une hausse des impôts locaux. 

Christian Simon, président sortant de Terra Modana

Le personnel a été réparti

L’essentiel des services administratifs de la nouvelle communauté de communes sera au siège. La personne qui était chargée de la comptabilité à Lanslebourg, par exemple, voit son poste transféré à Modane. Dans les anciens locaux languerins de la CCHMV subsistera un agent d’accueil, et les services liés au territoire, comme ceux s’occupant de l’enfance et de la jeunesse. « Mais ils auront un pied à terre ici », précise Christian Simon. Pour Philippe Reymond, « l’idée, à terme, est de créer à Lanslebourg une maison d’accueil et de services au public, avec une personne très polyvalente à l’accueil ».

Commune nouvelle de Val Cenis : premier conseil municipal jeudi

Les maires des cinq communes réunies au sein de la commune nouvelle de Val Cenis ont cosigné la convocation du nouveau conseil municipal, composé de l’ensemble des membres des cinq conseils sortants, soit 59 élus. Le jeudi 5 janvier à 20h45, à l’espace Val Cenis Vanoise à Lanslebourg, ils devront pour commencer élire le maire de la commune nouvelle, les maires sortants restant, de droit, maires délégués sur le ressort de leur ancienne commune. Ils choisiront ensuite les adjoints, et les conseillers communautaires qui représenteront Val Cenis au nouveau conseil communautaire de Haute-Maurienne Vanoise. Ce vote-là est un peu particulier. En fait, les conseils municipaux anciens ont dû désigner leurs représentants avant, puisque la loi l’imposait avant le 31 décembre, c’est-à-dire avant que la commune nouvelle n’existe officiellement. Il y en a deux pour Lanslebourg, et un pour chacune des quatre autres communes (Bramans, Sollières-Sardières, Termignon et Lanslevillard). La commune nouvelle doit se contenter d’entériner ce choix.

Une formation aux premiers secours comme bonne résolution pour 2017 ?

Puisque l’époque, allons-y ! La délégation territoriale “Pays de Maurienne” de la Croix-Rouge française propose une session de formation “PSC1” (prévention et secours civique de niveau 1), le samedi 14 janvier, de 9 à 12 heures et de 13h30 à 17h30, à Modane. Elle s’adresse à toute personne à partir de 10 ans, et débouche sur la remise d’un diplôme par la Croix-Rouge. Le coût de cette formation est de 60 €. Par la suite, les personnes intéressées ont tout loisir de s’engager dans des formations plus approfondies. Contact 06 72 89 11 45.

 Haut de page

Restez informés

Informations pratiques

  • Plan de la ville
    Plan de la ville
  • Valfréjus
    Valfréjus
  • Urgence et pratique
    Urgence et pratique
  • Annuaires
    Annuaires
  • Transports
    Transports
  • Location de salles / matériel
    Location de salles / matériel
  • Marchés
    Marchés
  • Nouveaux Modanais
    Nouveaux Modanais