AccueilRestez informésRevue de presseDL du 30/09/2020

DL du 30/09/2020

Tarifs de l’eau à Modane : « le problème n’est pas loin d’être insoluble »

Comment établir un tarif de l’eau incitant à modérer la consommation dans une commune touristique ? C’est la quadrature du cercle, a-t-il été admis par les conseillers.

La station de traitement de l’eau aux ultraviolets de Loutraz. Archives photo Le DL /F.T.

Lundi soir, lors du conseil municipal, Erica Sandford, adjointe aux travaux, a présenté le rapport annuel sur le service de l’eau potable. Celui-ci, assuré par la Lyonnaise des eaux (aujourd’hui Suez) depuis vingt-huit ans, fonctionne plutôt bien. Mieux, en tout cas, depuis quelques années. « On leur a assez réclamé, il faut reconnaître que maintenant, la qualité de l’eau est bonne », souligne, par exemple, Christian Simon.

Certains élus trouvent néanmoins la grille tarifaire peu écologique. L’abonnement est plutôt cher et le mètre cube plutôt bon marché, ce qui n’incite pas à faire des économies. « À l’origine, c’était pour que les résidents secondaires contribuent aussi », rappelle Jean-Claude Raffin, maire.

236

C’est, en euros, la facture moyenne d’une famille pour une consommation annuelle de 120 m³, soit 1,97 euro/m³ (assainissement non compris). L’abonnement est à 53 euros et le prix de l’eau à 0,94 euro/m³, la commune percevant sur ce prix 0,15 euro. Les recettes du service sont de 350 000 euros par an pour le délégataire et 109 000 euros pour la commune. «  Suez nous dit en avoir pour 90 000 euros de personnel, ce qui veut dire que si nous reprenions le service en direct, nous pourrions recruter deux personnes et demie, et il n’y en a pas autant, aujourd’hui, qui travaillent sur notre réseau  », remarque Erica Sandford.

Pas question de mettre un compteur à la piscine intercommunale

De fait, les réseaux modanais sont dimensionnés comme ceux d’une ville de 10 000 habitants, de façon à supporter le plus fort de l’afflux touristique. Mais le prix de l’eau doit être le même pour tout le monde. Baisser le prix de l’abonnement et instaurer une facturation progressive du mètre cube (les premiers pas chers, puis un prix en augmentation) profiterait surtout aux résidences secondaires, peu occupées sur l’année, et ferait peser le coût du service essentiellement sur les Modanais. « Ça n’est pas insoluble, mais on n’en est pas loin », reconnaît Erica Sandford.

Le contrat d’affermage comporte aussi quelques originalités, dont des fournitures d’eau gratuites. La piscine, mais aussi les écoles, ne paient pas leur eau. « Tant que je serai là, ça ne changera pas », prévient Christian Simon, à propos de la piscine. Certains élus aimeraient bien savoir combien celle-ci consomme d’eau, mais le président de la communauté de communes met son veto : « Il faudrait mettre un compteur et si on le fait, la Lyonnaise va nous faire payer. »

Au départ, il y avait vingt-huit cas de gratuité, rappelle Jean-Claude Raffin, « mais petit à petit, certains se sont arrêtés et quand on fait quelque chose de nouveau, on paie ». D’autre part, ces arrangements sont désormais interdits par la loi et comme le contrat d’affermage arrive à échéance le 31 décembre 2021, ils devraient disparaître dans un avenir relativement proche.

L’aide aux forfaits de ski se poursuit

Le principe avait déjà été confirmé lors du vote du budget. Le conseil municipal a confirmé son montant : 175 euros qui concernent les jeunes Modanais (nés entre 2004 et 2015), sous forme d’un chèque-cadeau à valoir sur l’achat d’un forfait saison Haute-Maurienne Vanoise, sur internet uniquement.

 Haut de page

Restez informés

Informations pratiques

  • Plan de la ville
    Plan de la ville
  • Valfréjus
    Valfréjus
  • Urgence et pratique
    Urgence et pratique
  • Annuaires
    Annuaires
  • Transports
    Transports
  • Location de salles / matériel
    Location de salles / matériel
  • Marchés
    Marchés
  • Nouveaux Modanais
    Nouveaux Modanais
  • Acces à la webcam - JPEG - 242.5 ko