AccueilRestez informésRevue de presseDL du 28/09/2019

DL du 28/09/2019

Eau : un bilan contrasté à deux ans de l’échéance

Le 31 décembre 2021 prendra fin le contrat d’affermage avec la Lyonnaise des eaux. On ne sait pas très bien ce qui attend les usagers au-delà de cette date…

L a qualité de l’eau « s’est nettement améliorée en quelques années », estimait Christian Simon lors du récent examen, par le conseil municipal, du rapport annuel sur le prix et la qualité du service présenté par Thierry Théolier, maire adjoint, sur la base des éléments transmis par la Lyonnaise des eaux. En un an, le prix payé par les usagers n’a que peu varié, mais le rendement du réseau s’est amélioré, il y a moins de pertes. Résultat : la consommation réelle continue de baisser, mais l’exploitation du réseau, légèrement déficitaire en 2017, est devenue bénéficiaire de 6 270 € (quasiment rien) en 2018. Le prix du mètre cube a augmenté de 3,4 %, mais c’est un peu compensé par la baisse d’une taxe. Tout ceci ne change rien à une échéance majeure : la fin du contrat avec la Lyonnaise des eaux, le 31 décembre 2021. « Que faire au-delà ? » se demande Thierry Théolier. Aujourd’hui, la communauté de communes Haute-Maurienne Vanoise est en pleine réflexion pour savoir à quelle date elle devra se charger de l’eau. C’est, selon la volonté des élus, entre le 1er janvier 2020 (mais ce ne sera pas le cas) et le 1er janvier 2026, quand ils le voudront, sauf si la loi change, et elle a déjà souvent changé. « Au-delà de 2021, on peut peut-être demander à la communauté de communes de faire un test », suggère JeanClaude Raffin. C’est-à-dire prendre en charge l’eau de Modane, créer un service précurseur d’un vrai service des eaux intercommunal, qui semble inévitable à partir de 2026. Mais tout cela dépendra des élus qui seront aux commandes après les élections de mars 2020… Frédéric THIERS

La station de traitement des eaux de Loutraz a dû recourir au chlore, une fois, en 2018. Archives photo Le DL

REPÈRES

■Deux incidents en 2018

Le rapport annuel de la Lyonnaise des eaux fait état de 100 % de prélèvement conformes du point de vue microbiologique, mais deux incidents ont eu lieu du point de vue physico-chimique. L’un fait état d’un taux de nickel excessif dans les locaux de l’office de tourisme, sans doute dû à une longue stagnation d’eau dans les tuyaux, contre laquelle il n’y a pas grand-chose à f a i r e . L’ a u t r e , e n avril 2018, résulte d’une détection de bactéries coliformes à Loutraz, traitée par le chlore.

Les cours du club gymnique ont repris

Le club gymnique de Modane a fait sa rentrée. Les cours ont repris les lundis et jeudis au gymnase du collège à 19 heures. Au programme : du renforcement musculaire, du stretching, de la musigym, des jeux sportifs collectifs et de l’initiation au step.

R e n s e i g n e m e n t s a u p r è s d e S i m o n e C a s a r i n (06 79 80 59 76), Colette Bois (06 70 63 15 57) ou Dominique Salagnac (06 68 13 53 49).

L’union locale de la CGT a intégré son nouveau local

Cette semaine, l’union locale de la CGT a intégré son nouveau local, 90, rue de Polset à Modane. Les commissions exécutives du syndicat CGT de Maurienne se déroulent habituellement à Saint-Jean-de-Maurienne. Mais ce mardi, elle a eu lieu à Modane.

« L a commune avait besoin de récupérer notre ancien local (commun aux syndicats FO, CFDT et CGT) pour la petite enfance », explique Patrick Coulet, secrétaire général de l’union locale de Modane de la CGT. « C’est indispensable pour un syndicat d’avoir des locaux, que ce soit pour se réunir ou accueillir les salariés », ajoute Bernard Bois, secrétaire général de l’union locale de Saint-Jean-de-Maurienne. La réunion de mardi a servi à parler du problème des services publics (impôts, hôpitaux…) et de certaines industries. « On souhaite de véritables services publics, et non pas des maisons de santé ou des maisons de la justice, payées par nos impôts locaux avec un personnel qui n’a pas été formé pour », poursuit Bernard Bois. « On peut cotiser plus pour les retraites » Mardi était une journée de lutte pour les syndicalistes mauriennais, puisqu’ils se rendaient l’après-midi à Chambéry pour manifester. « C’est un appel national à la grève pour la défense de tous nos services publics, mais aussi la défense de notre retraite », rappelle-t-il. « Le gouvernement souhaite baisser la masse globale des retraites. Nous, on souhaite le contraire. On peut cotiser plus. » Concernant la Maurienne, le problème est encore plus grave selon eux : « Les milieux ruraux comme la Maurienne sont délaissés par les services publics. Sans eux, notre territoire va disparaître », dit Bernard Bois. « On est une des seules vallées où la population baisse significativement », soupire Denis Bergeret, secrétaire général de l’union locale CGT de Saint-Michel-de-Maurienne. Hugo VITTOZ

L’union locale Maurienne s’est réunie mardi dans ses nouveaux locaux. Photo Le DL/H.V.

 Haut de page

Restez informés

Informations pratiques

  • Plan de la ville
    Plan de la ville
  • Valfréjus
    Valfréjus
  • Urgence et pratique
    Urgence et pratique
  • Annuaires
    Annuaires
  • Transports
    Transports
  • Location de salles / matériel
    Location de salles / matériel
  • Marchés
    Marchés
  • Nouveaux Modanais
    Nouveaux Modanais
  • Acces à la webcam - JPEG - 242.5 ko