AccueilRestez informésRevue de presseDL du 28/04/2016

DL du 28/04/2016

La décision de la cour d’appel est attendue après un jugement de liquidation judiciaire Stations : Valfréjus cherche à préserver un quart de ses lits

Au pied du Thabor et du Grand Argentier, “Mona Lisa” a le sourire un peu contraint. Ici, à Valfréjus, c’est le nom d’une société de gestion d’immobilier de loisir dont le tribunal de commerce a prononcé la liquidation le 6 avril. Lundi, les parties se sont retrouvées devant le premier président de la cour d’appel de Chambéry pour débattre de la suspension de l’exécution provisoire de ce jugement. Derrière ce conflit judiciaire se joue une partie de l’avenir de la station. Ce cas est sans doute unique en France. « Sur le millier d’appartements que compte la station, environ la moitié sont “chauds” », rappelait mardi soir Yann Chaboissier, directeur, lors de l’assemblée générale de l’Office de tourisme. La défiscalisation a suscité l’intérêt de gestionnaires pas toujours compétents L’autre moitié, “froide”, n’est occupée que quelques jours, voire quelques semaines, par an, par les propriétaires, et ne contribue que très peu au chiffre d’affaires des remontées mécaniques et des commerces locaux. Un quart des 500 appartements “chauds” est géré par “Mona Lisa”, pour le compte de propriétaires ayant acquis ces biens dans le cadre de dispositifs de défiscalisation. Le problème, c’est que pendant plusieurs saisons, beaucoup de ces propriétaires n’ont pas vu la couleur de l’argent d’une location. Mona Lisa est une société dont les déboires judiciaires remontent au moins à 2009, mais la cascade de filiales et de procédures retarde une solution définitive. Par ailleurs, les propriétaires ne peuvent pas sortir de leur propre chef du dispositif : ils risqueraient d’être rattrapés par la patrouille fiscale et de devoir rembourser les réductions d’impôts qui leur ont été consenties au moment de leur investissement. Tant pis pour ces riches, pourrait-on dire. Sauf que la station, elle, ne peut guère se permettre ce genre de plaisanterie. Si “Mona Lisa” obtenait un délai, quelles qu’en soient les raisons juridiques, cela pourrait signifier qu’un quart des appartements “chauds” de la station resterait inoccupé l’hiver prochain. Soit un quart de perdu pour le chiffre d’affaires des remontées mécaniques, et des acteurs économiques en général, qui ne roulent pas sur l’or. La complexité du débat juridique défie l’imagination. Les décisions de redressement et liquidation judiciaires concernant la nébuleuse “Mona Lisa” sont légion. La seule question qui intéresse Valfréjus, c’est de savoir s’il y aura assez de logements à louer, l’hiver prochain, pour que la station soit rentable. Frédéric THIERS À Valfréjus, la maîtrise locale de la gestion immobilière est un enjeu de survie. Photo archives Le DL

Une centrale de réservations interne pour sauver l’affaire

Pour tenter de remédier au problème des “lits froids”, le cauchemar de toutes les stations françaises, l’Office de tourisme de Modane Valfréjus a investi dans sa propre centrale de réservations. C’est cher, et déficitaire, mais de moins en moins : 29 000 € de pertes en 2015, contre environ 70 000 à la création deux ans plus tôt, mais c’est toujours moins que ce que cela rapporte en ventes de forfaits et auprès des socioprofessionnels. Aujourd’hui, la “centrale de résa” gère la location des appartements de quelque 75 propriétaires, et ses résultats sont en augmentation avec 550 contrats de location sur une saison d’hiver 20152016 marquée par un début calamiteux à cause du manque de neige. L’ambition de l’Office de tourisme est aujourd’hui de rallier à lui les propriétaires déçus de “Mona Lisa”. Une partie seulement viendrait, et le poids de sa centrale de réservation deviendrait significatif. Un peu de neige, et le vrai sourire reviendrait.

L’INFO EN + HISTOIRE

Née en 1983 à partir du stade de neige d’Arrondaz (sans hébergement), la station est reprise en 1991 par Transmontagne, qui devient concessionnaire des remontées en 2003. En 2007, la déconfiture de ce groupe conduit à la reprise de la gestion d’une partie du parc immobilier par un gestionnaire, qui laisse à la commune l’ardoise de la taxe de séjour, puis par Mona Lisa. Les remontées, sauvées par le Département, sont gérées par un syndicat mixte public.

Le concours de piano se termine ce soir

Mardi, les élèves du collège Vanoise de Modane ont pu écouter jouer les pianistes et leur poser des questions.

Le festival de simulation de concours internationaux de piano, se termine ce soir, à 20 h 15, à la salle des fêtes. Les trois pianistes, Ai Watanabe, Alessandro Marino, David Hausknecht joueront des oeuvres de Chopin, Beethoven, Rachmaninov et Strawinsky. Ils seront accompagnés par Giovanni Bellucci. À 11 heures et 14 heures, Giovanni Bellucici proposera deux master class, ouvertes à tous, à la salle des fêtes. Entrée libre.

 Haut de page

Restez informés

Informations pratiques

  • Plan de la ville
    Plan de la ville
  • Valfréjus
    Valfréjus
  • Urgence et pratique
    Urgence et pratique
  • Annuaires
    Annuaires
  • Transports
    Transports
  • Location de salles / matériel
    Location de salles / matériel
  • Marchés
    Marchés
  • Nouveaux Modanais
    Nouveaux Modanais
  • Acces à la webcam - JPEG - 242.5 ko