AccueilRestez informésRevue de presseDL du 28/01/2020

DL du 28/01/2020

Le Caf se forme et apprend à lire les bulletins d’avalanches

Sortir en ski de randonnée, s’éloigner des remontées mécaniques, faire sa trace dans une belle neige, peut être un réel plaisir. Faut-il encore préparer sa course avec son matériel adéquat, lire et comprendre le bulletin d’estimation des risques d’avalanche. Le Club alpin français Modane-Thabor a organisé une formation sur la lecture du BERA, dispensée par quatre pisteurs secouristes de l’association “Les pisteurs du Charmaix”. Douze participants ont suivi une première partie théorique sur la compréhension du bulletin et les mots-clés, puis une mise en situation avec trois bulletins et leur analyse.

Les pisteurs ont donné rendez-vous pour une prochaine formation sur la nivologie, ouverte à tous. La plus importante rencontre aura lieu les 2 et 3 avril avec “Free de la passion”. Elle s’articulera avec samedi une formation DVA (Détecteur de victime en avalanche) et dimanche une randonnée en ski de rando.

À Valfréjus, Michou vivait par procuration

Mychou, immortalisé par Yann Chaboissier : comme Montmartre, Valfréjus a sa légende. Photo DR

n l’a un peu oublié, mais à sa naissance, la station de Valfréjus était une sorte de copié-collé, jusqu’au graphisme de son logo, de Tignes où son premier promoteur, Pierre Schnebelen, avait ses origines.

Il y avait repéré Mychou, clone de l’excentrique aux lunettes bleues, et tout naturellement l’avait expédié, dès 1983, animer la petite sœur mauriennaise de la grande station tarine. Mychou a même eu son cabaret à Modane, “Le Mephisto”. Mais c’est au “Bardonecchia”, l’établissement phare de Valfréjus à l’époque, qu’on le connaissait surtout.

« Il avait donné cette dimension magique et irremplaçable aux soirées mémorables du “Bardo” jusqu’à la fin des années 90 », se souvient Yann Chaboissier, ancien animateur, puis directeur de l’Office de tourisme, aujourd’hui responsable de l’école d’animateurs “Happy resorts”.

Pour lui, Mychou était « l’ami de tous, touristes, propriétaires, commerçants, locaux, jeunes et moins jeunes. Il avait ce pouvoir simple et féerique de galvaniser les foules par ses soirées cabaret magiques, rassembleuses et pleines d’étoiles ».

C’était une époque, aujourd’hui un peu passée, mais pour Yann Chaboissier Mychou « a été et restera profondément dans l’ADN de notre station. Il savait donner ce côté unique qui rendait les nuits de Valfréjus si festives ».

Mais pourquoi le fameux “y” ? C’est que Mychou, c’était un peu Michou. Voire beaucoup. Les deux hommes se connaissaient. L’Y récupérait les costumes de scène du I, et recréait en Maurienne les ambiances débridées de la rue des Martyrs.

De quoi mettre des paillettes dans les yeux de bien des vacanciers (et de locaux…), surpris de retrouver une toute jeune station à pareille fête.

Bon, le Mi(y)chou bis s’en est allé avant le maître, au printemps 2016, suscitant bien de la tristesse. Comme son illustre modèle, il incarnait une certaine idée de la fête et de la nuit, dont l’avenir est rien moins que compromis.

 Haut de page

Restez informés

Informations pratiques

  • Plan de la ville
    Plan de la ville
  • Valfréjus
    Valfréjus
  • Urgence et pratique
    Urgence et pratique
  • Annuaires
    Annuaires
  • Transports
    Transports
  • Location de salles / matériel
    Location de salles / matériel
  • Marchés
    Marchés
  • Nouveaux Modanais
    Nouveaux Modanais
  • Acces à la webcam - JPEG - 242.5 ko