AccueilRestez informésRevue de presseDL du 27/11/2016

DL du 27/11/2016

L’Atelier des mains créatives prépare votre Noël

Ces motifs ont été réalisés à la dentelle aux fuseaux par Laure Casarin, une des membres de l’Atelier des mains créatives de Modane. Toute l’année ou presque, les groupes de cette association forte de 75 passionnés travaillent pour que l’exposition-vente de Noël soit un succès. Hier, cela en prenait le chemin, et on peut s’y rendre encore aujourd’hui, de 10 à 18 heures, à la salle Antoine-Fardel, à quelques dizaines de mètres de la mairie. Travaux d’aiguille, objets de décorations, peintures sur tous supports, sculpture sur bois (l’apanage des messieurs), il y en a pour tous les goûts. Une tombola est organisée, avec 30 objets à gagner. Photo Le DL/Frédéric THIERS

TUNNEL DU FRÉJUS | Prison ferme Ils convoyaient 19 réfugiés guinéens

Le 21 novembre dernier, sur la plateforme du tunnel alpin du Fréjus, les agents des douanes interceptaient deux véhicules transportant au total 19 réfugiés guinéens dépourvus de papiers les autorisant à entrer en France. Dans l’une des voitures, un Renault Trafic de neuf places, 14 adultes et un enfant d’un an s’étaient entassés depuis Milan à tel point que quatre passagers avaient dû se recroqueviller dans le coffre. Sur les deux chauffeurs jugés en comparution immédiate, jeudi, par le tribunal correctionnel d’Albertville pour “aide à l’entrée irrégulière en France”, un délit passible de cinq ans de prison, seul un, Moïse Mamadi, a reconnu son rôle de passeur. Son coprévenu, Kone Conde, a soutenu qu’on lui avait juste demandé d’aller chercher des gens en Italie sans savoir qu’ils n’avaient pas de papiers. « Que quatre personnes se soient entassées dans le coffre ne vous a pas un peu interpellé sur leur situation », lui a fait remarquer la présidente, Coralie Bourille Noël. Les passeurs ont été condamnés à un an et 15 mois de prison ferme assortis d’une interdiction définitive du territoire français. Olivier MASSEBOEUF

La soirée a eu lieu, vendredi, à la salle des fêtes Migrants et habitants ont partagé bien plus qu’un repas

Les migrants installés à Fourneaux et Modane sont originaires du Soudan, de l’Afghanistan et de l’Érythrée. Ils ont cuisiné des spécialités de chez eux pour les faire découvrir aux habitants. Photo Le DL/A.B.-M.

Sur les tables de la salle des fêtes de Fourneaux, vendredi soir, les plateaux de fromage et de charcuterie ont côtoyé l’african soup, l’aseeda (une bouillie de blé) et le gurassa (un pain épais). Des plats servis fièrement par Adbou ou Osmane, deux des 50 réfugiés accueillis depuis la fin octobre dans les centres d’accueil et d’orientation de Modane et Fourneaux. Toute la journée, ils ont préparé cette soirée avec soin. « On voulait partager avec les autres un repas et leur faire découvrir la culture soudanaise. On est très content de voir qu’ils aiment les plats », explique Abdou, intronisé cuisinier. « Cela fait bien de voir de tels messages de solidarité » Autour des 50 migrants, une centaine de personnes est venue partager un verre, une assiette ou une danse. Si la différence de langue a parfois été une barrière, les gestes et les sourires ont permis de tisser des liens. Autour des tables, il n’était pas rare de voir les uns imiter la poule pour comprendre quelle était la viande du plat soudanais, tandis que d’autres découvraient des saveurs inédites dans l’assiette du voisin. Face à l’affluence, plusieurs tables ont dû être ajoutées. « J’étais inquiète car je ne savais pas si les gens viendraient. Maintenant, je suis comblée. Tout le monde a joué le jeu, il y a même beaucoup trop à manger », soufflait Magali Breit. Commerçante à Modane, elle est à l’origine de ce repas partagé. Au début du repas, les maires de Modane et Fourneaux, Jean Claude Raffin et François Chemin affichaient un même sourire. « Merci pour votre humanité. Cela fait bien de voir de tels messages de solidarité  », a souligné François Chemin. Jean Claude Raffin a rappelé que « même si on ne parle pas la même langue, on a une chose en commun : la nourriture. Et un langage universel : celui du sourire ». Après les échanges autour des assiettes, c’est sur la piste de danse et sur les musiques de Rémi et Marie Odile Trouillon et du groupe Les Margoulins que la rencontre s’est poursuivie. Ronde, bourrée ou chenille, il n’y avait plus de distinction entre migrants et habitants. « Là, on peut dire que l’intégration est faite. Tout le monde a l’air de s’amuser, ça fait chaud au coeur », a constaté la responsable de l’association de La Sasson, Paule Tamburini. Un sentiment partagé par nombre des participants à en croire les sourires sur les visages. Agnès BRIANÇON MARJOLLET

TOURISME À Modane, la location de vélos à assistance électrique progresse doucement

La Communauté de communes Terra Modana a passé une convention avec le Groupement des professionnels du canton de Modane pour la mise à la location, pendant l’été, de trois vélos à assistance électrique. Cela coûte, car le montant des locations encaissées (1 620 euros l’été dernier) ne couvre pas les frais (2 343 euros). Mais la demande ne cesse de croître : pour l’été 2015, seulement 1 010 euros de locations avaient été encaissés. « Nous sommes dans une logique de découverte du territoire, sans faire concurrence aux loueurs en station », précise Philippe Reymond, directeur des services de Terra Modana. Mais il y a, pour l’heure, carence de l’initiative privée à Modane sur ce point.

Les Restos du coeur ont entamé leur campagne d’hiver

Si Les Restos du Coeur sont à jamais associés à la figure de Coluche, il n’en reste pas moins qu’à Modane comme ailleurs en France depuis 1985, débute malheureusement encore une nouvelle “campagne d’hiver”. Cela ne signifie pas que l’aide alimentaire cesse entretemps, mais elle prend lors des grands froids un caractère plus urgent. Tous les mercredis matin, les bénévoles accueillent une cinquantaine de personnes. Pour cette campagne, il y a aussi les réfugiés des centres d’accueil et d’orientation de Modane et Fourneaux, et ponctuellement les personnes hébergées au centre d’hébergement d’urgence de Modane. L’équipe participe dès 8 heures au déchargement de la camionnette des Restos arrivant de Chambéry, puis distribue des denrées. La dotation du centre est fonction du nombre de personnes inscrites et des ressources de l’association provenant des dons des particuliers et d’entreprises, de la recette du gala des “Enfoirés”, de la collecte nationale en mars, des aides de l’Union européenne et des subventions publiques, mais aussi de la générosité de la boulangerie Tiré à Fourneaux et des invendus du supermarché Casino. L’accès à l’aide alimentaire des Restos du Coeur dépend d’un barème national. Celui ci est vérifié sur présentation de justificatifs, et à plusieurs reprises tout au long de l’année. Au travail de distribution, de gestion des stocks s’ajoute donc un travail administratif, mais l’accueil et la chaleur de la relation humaine restent une priorité de l’activité des Restos du Coeur à Modane comme partout en France. Pour mener à bien cette campagne d’hiver, l’équipe recherche de nouveaux bénévoles. Ceux qui veulent donner un coup de main tous les mercredis matin ou seulement de temps en temps sont les bienvenus au local.

131 rue des Écoles entre 8 et 11 heures (04 79 05 46 83), ou 04 79 20 37 69.

Premières livraisons de denrées alimentaires pour marquer le début de la campagne hivernale.

 Haut de page

Restez informés

Informations pratiques

  • Plan de la ville
    Plan de la ville
  • Valfréjus
    Valfréjus
  • Urgence et pratique
    Urgence et pratique
  • Annuaires
    Annuaires
  • Transports
    Transports
  • Location de salles / matériel
    Location de salles / matériel
  • Marchés
    Marchés
  • Nouveaux Modanais
    Nouveaux Modanais