AccueilRestez informésRevue de presseDL du 26 avril 2014

DL du 26 avril 2014

Créé en janvier, le club de kick­boxing a déjà une cinquantaine d’adhérents

Les dirigeants du club, avec Mohammed Demiren sa ceinture de champion de France sur l’épaule, et Jean-Claude Raffin, maire, venu leur rendre une visite il y a quelques semaines. Photo DL/F.T.

À 16 ans, il voulait entrer dans l’armée. « Mes pa­rents n’ont pas voulu, alors j’ai opté pour un sport très cadré et discipliné » : Mohammed Demiren, président du tout nouveau club modanais de kick­boxing et body­combat modanais, a vécu pleinement sa passion.Champion de France en 2009, il a même livré un combat semi­professionnel, à Birmingham, qu’il a gagné par KO à la quatrième repri­se. « À l’époque il y avait à Modane une antenne d’un club chambérien qui a fermé depuis », explique t il. La solution, c’était de créer un club local, et ça marche.En quelques semai­nes, la barre des 50 adhérents a été atteinte, et l’asso­ciation se trouve un peu à l’étroit dans la salle mise à disposition par la mairie. « On ne peut pas y installer de ring, alors que nos finances nous permettraient d’en acheter un », assure ­t­ il. Peut ­être un tournoi à Modane dès l’an prochain Resté “semi­pro” pendant un an et demi, Mohammed Demiren est aujourd’hui agent de sécurité sur le chantier de la galerie de sécurité du tunnel du Fréjus. L’entraîneur du club, c’est son grand frère Nourettin, pourvu des qualifica­tions nécessaires.Moham­med doit passer son diplôme incessamment, en attendant il apporte son expérience aux adhérents en secondant son frère. Pour le body­com­ bat, c’est Antonella Sasso qui assure l’entraînement. Manuelle Stabili assure les fonctions de trésorière. Les effectifs sont en deçà des potentialités du bassin modanais : ces sports plai­sent au public.Reste à ré­soudre le problème de la salle.Mais les frères Demi­ren et les autres dirigeants ont des ambitions : organi­ser dès l’an prochain des tournois à Modane, et parti­ciper avec leurs licenciés à d’autres tournois, à l’exté­rieur. Frédéric THIERS

Des sports de combat aux règles très strictes et protectrices La violence de certains sports complaisamment diffusés sur Internet peut faire peur dès qu’on entend parler d’une nou­velle discipline.Mohammed Demiren assure que le kick­boxing n’a rien à voir avec un déchaînement de violence. « C’est une technique de combat pieds ­ poings », explique ­t ­il, « et si certains affronte­ments vont jusqu’au KO, c’est loin d’être le cas partout car il y a plusieurs catégories : soft, light, médium, etc. ». Comme d’autres sports de combat, les pratiquants sont répartis par catégories de poids : Mohammed con­courait dans les moins de 63 kg lorsqu’il a été champion de France. Pour arriver au niveau professionnel, il faut dis­puter des rencontres internationales. Quant au “body­com­ bat”, c’est une discipline essentiellement fémini­ne : les gestes sont ceux de la boxe, mais les coups ne sont pas portés, et les entraînements se font en musique. À Modane, la plus jeune pratiquante dans cette spécialité a 14 ans. Pour le kick­boxing, le club accepte les adhé­rents à partir de 10 ans.

 Haut de page

Restez informés

Informations pratiques

  • Plan de la ville
    Plan de la ville
  • Valfréjus
    Valfréjus
  • Urgence et pratique
    Urgence et pratique
  • Annuaires
    Annuaires
  • Transports
    Transports
  • Location de salles / matériel
    Location de salles / matériel
  • Marchés
    Marchés
  • Nouveaux Modanais
    Nouveaux Modanais