AccueilRestez informésRevue de presseDL du 25/02/2016

DL du 25/02/2016

Les migrants auront-ils un jour un lieu d’accueil en gare ?

Il y a quelques jours, le conseil municipal de Fourneaux faisait valoir, agacé, que « du fait de la mauvaise volonté de la SNCF, la participation financière de la commune serait remise en cause » en cas de nouveau retard dans l’aménagement d’un local d’accueil des “refoulés” en gare. De fait cet espace, pour lequel un test était souhaité par les communes de Modane et Fourneaux cet hiver, est toujours fermé. D’après Jean Claude Raffin, maire de Modane, la SNCF a pourtant effectué les travaux de propreté (un peu plus, même) dans ces pièces, situées dans le bâtiment central de la gare, là ou était jadis abritée l’Association de développement touristique et d’animation du canton (Adtac). Mais leur ouverture bute sur une question byzantine : les migrants refoulés qui y prendraient place pour une nuit, avant de repartir pour l’Italie, seraien-tils simplement assis à l’abri, ou couchés ? Autrement dit, y a-t-il sommeil ou pas, ce qui change tout du point de vue de la réglementation. Si oui, cela supposerait l’installation d’un système d’alarme incendie, dont la gare est dépourvue puisqu’elle est, précisément, fermée la nuit. Aux dernières nouvelles, le Service départemental d’incendie et de secours est chargé d’étudier cette épineuse question, et le local reste vide… Frédéric THIERS C’est dans le grand bâtiment de la gare qu’un asile de nuit pour les migrants devait être ouvert, à titre de test, dès cet hiver. Mais le projet bute sur des questions administratives. Photo DL/F.T.

Le contexte des discussions avec la SNCF est tendu

La Ville de Modane éprouve bien des difficultés à parler avec la SNCF. Sans surprise, lundi soir, le conseil municipal a voté à l’unanimité un voeu pour le maintien à Modane du “bureau de contrôle et de comptabilité” (BCC), activité qui serait recentrée sur Chambéry, voire Lyon. « La collectivité investit deux millions d’euros pour gagner 10 emplois chez Filtech, et d’un trait de plume, la SNCF en supprime autant », constate, avec amertume, Jean Claude Raffin. La mise en avant du dossier sur la place publique, ajoute le maire en répondant à Christian Facon, n’a provoqué aucune réaction de la SNCF. « Avec eux, c’est toujours le rapport de force », constate Xavier Lett, « maintenant, c’est clair, à chaque fois qu’ils voudront quelque chose, il faudra dire “non” direct ». Christian Simon va plus loin, dans le langage qui est le sien : « il faut leur déclarer la guerre ». Symboliquement bien sûr. Il fait état de son expérience de président du Syndicat intercommunal de ramassage et de traitement des ordures ménagères de Maurienne : « je leur ai dit que tant qu’ils ne p a i e r a i e n t p a s , i l s n’auraient rien. Ça a duré deux mois, ils ont fait le chèque, et ils ont signé pour quatre ans ». Jean Claude Ra f f in s’étonne aussi du refus de la SNCF de se raccorder au réseau d’eau de la ville, et des risques que cela présente en cas d’incendie dans le tunnel ferroviaire. « C’est un tunnel très dangereux, je me suis ouvert de ce problème au préfet », explique le maire. « Le défi de Modane pour les quinze prochaines années, c’est de récupérer les terrains de la SNCF », insiste Xavier Lett. En attendant, pour ce qui est du BCC, à la demande de Nicole Seltzer, un rendezvous a été demandé avec une date butoir, le 31 mars. « Ça fait un peu ultimatum  », reconnaît l’adjointe, « mais ça peut faire avancer le dossier ».

L’INFO EN + LE DISPOSITIF ENVISAGÉ

Il s’agit de permettre aux “refoulés” devant reprendre le train pour l’Italie de ne pas errer toute la nuit dans Modane. La SNCF, propriétaire, mettrait les locaux à disposition après les avoir aménagés, moyennant un loyer modique payé par “La Sasson”, association chargée par l’État de gérer certains aspects de l’accueil des migrants. “La Sasson” assurerait l’accueil en début de nuit, ensuite la police aux frontières accompagnerait les refoulés jusqu’au local. Les communes paieraient un peu d’aménagement, et assureraient le nettoyage des locaux.

Trois chorales réunies pour “Mille choeurs pour un regard”

Trois chorales, “La Haute-Maurienne chante”, “Le Petit- Bonheur” et les “Gens du pays” se rassembleront le vendredi 11 mars, à 20h30 à la salle des fêtes, dans le cadre de l’opération nationale “Mille choeurs pour un regard” porté par Rétina-France. Le but de ce concert est de recueillir des fonds destinés à la recherche médicale en ophtalmologie. Entrée 10 €, billetterie à la maison cantonale, et à l’Aca de Saint-Michel- de-Maurienne.

Jeux de société de toutes sortes vendredi soir à la bibliothèque

Toute l’année, la bibliothèque municipale propose la découverte de nouveaux jeux de société. Le prochain rendezvous du genre est programmé à demain vendredi 26 février, à 18 heures. Il s’adresse aux adultes, et aux jeunes accompagnés. Les jeux sont à disposition, l’animatrice explique les règles et il n’y a plus qu’à se lancer. On peut aussi apporter un jeu pour le faire connaître aux autres. Pour les joueurs avertis, c’est l’occasion de rencontrer de nouveaux compagnons, ou d’initier des amis non joueurs. Pour ces derniers, le cadre est idéal pour découvrir ce qui a bien pu naître après Cluedo, Monopoly ou Trivial pursuit… Autre avantage, ces sessions de jeu sont entièrement gratuites.

Le jumelage se promène au clair de lune

Plus de soixante personnes, venues tant de Modane que de Bardonecchia, ont participé dimanche à la traditionnelle et annuelle “balade au clair de lune” organisée par le jumelage en Vallée Étroite, en profitant de la pleine lune. Déjà l’après midi la route encore bien enneigée a été parcourue par de petits groupes qui, tout en papotant, ont rejoint pour le repas le refuge “Terzo Alpini”, géré par Riccardo Novo, par ailleurs conseiller municipal de Névache, dans les Hautes Alpes. Tout en dégustant la polenta, les deux présidents du jumelage, Michelle Vernier et Francesco Avato, le maire de Modane Jean Claude Raffin et l’organisateur de la soirée, Carlo Lantelme, ont exprimé tour à tour leur joie devoir la même amitié sans cesse renouvelée. Francesco Avato a ensuite proposé au gérant d’impliquer, lors d’une prochaine rencontre transfrontalière, la communauté de Névache, afin d’alimenter des rapports d’amitié entre les trois communes. Le dernier verre autour du feu Après l’interprétation, en choeur, des hymnes nationaux, les participants sont redescendus vers le PiandelColle, à la lumière d’une Lune splendide. Autour d’un crépitant feu de bois, le groupe, dont chaque membre s’est trouvé réconforté par un dernier verre, s’est séparé sur un chaleureux “au revoir”. Luisa MALETTO

Carlo Lantelme, Michelle Vernier, Jean-Claude Raffin, Riccardo Novo, Elsa Begnis et Francesco Avato, réunis au refuge “Terzo Alpini” avec une soixantaine de participants.

 Haut de page

Restez informés

Informations pratiques

  • Plan de la ville
    Plan de la ville
  • Valfréjus
    Valfréjus
  • Urgence et pratique
    Urgence et pratique
  • Annuaires
    Annuaires
  • Transports
    Transports
  • Location de salles / matériel
    Location de salles / matériel
  • Marchés
    Marchés
  • Nouveaux Modanais
    Nouveaux Modanais
  • Acces à la webcam - JPEG - 242.5 ko