AccueilRestez informésRevue de presseDL du 24/07/2020

DL du 24/07/2020

Haute-Maurienne Vanoise : la communauté de communes se structure dans la douleur

Le bureau de la communauté de communes Haute-Maurienne Vanoise a vu le jour, avec quelques difficultés. Sur huit vice-présidences, deux ont été très discutées, avec débats et chausse-trappes.

L’élection du bureau de la CCHMV avait débuté dans la concorde ce mercredi 22 juillet, avec l’élection à l’unanimité de Jérémy Tracq comme premier vice-président, en charge de l’économie et de l’agriculture. Ensuite, les dissensions ont resurgi. Sur la plupart des postes, des élus qui n’avaient rien demandé ont obtenu des voix, jusqu’au maire de Saint-André Christian Chiale, que ça a beaucoup surpris.

La tension est montée pour la vice-présidence au tourisme, proposée par le président Christian Simon à Nathalie Furbeyre. L’élu d’opposition de Val-Cenis Christian Camberlin s’est aussitôt porté candidat. Ils ont des divergences sur le positionnement touristique : elle parle plutôt de développement, lui estime « qu’on est peut-être en train de gérer la fin de l’or blanc ». Il y a aussi un contentieux personnel : la première accuse le second d’attitudes sexistes à son égard, lui s’en défend.

Des voix s’évadent vers des non-candidats Résultat : des suffrages se sont dirigés vers d’autres élus et le vote blanc. Si François Camberlin était loin du compte, Nathalie Furbeyre n’a atteint, avec 14 voix, que de justesse la majorité absolue des suffrages exprimés.

La dispersion a été encore plus grande pour le 8e vice-président. Christian Simon proposait Christian Finas, qui avait renoncé, lors de la réunion précédente, à être candidat à la présidence. François Camberlin s’est à nouveau présenté, mais pas moins de huit élus ont obtenu des voix ! Christian Finas en a eu 15, et a été élu.

Dernière passe d’armes, plus virulente encore, pour les conseillers délégués. Erika Sandford (Modane) a été adoubée sans problème au portefeuille du développement durable, mais François Camberlin est à nouveau monté au créneau sur l’immobilier de loisir, dévolu à Stéphane Bect (Villarodin-Bourget). Christian Simon a dû intervenir pour maîtriser le très vif accrochage entre l’opposant val-cenien et Jacques Arnoux, maire de la commune, le premier lançant au second « Tu iras t’expliquer au poste ! », de gendarmerie on suppose. Au cours d’une discussion sur les compétences des uns et des autres, Jacques Arnoux avait fait allusion au passé professionnel de son opposant…

Office de tourisme : coup de Jarnac pour Val-Cenis

Au moment de désigner les représentants de la CCHMV au conseil d’administration de la société publique locale Haute-Maurienne Vanoise tourisme (l’office de tourisme intercommunal, OTI), Jacques Arnoux a replacé le débat sur la représentation de la commune de Val-Cenis.

Il s’est appuyé sur une étude livrée il y a 18 mois par Jean-Claude Raffin (à propos d’un tout autre dossier), pour montrer que le poids de Val-Cenis dans l’économie touristique locale, en tenant compte à parts à peu près égales du potentiel fiscal, du nombre de lits et de la taxe de séjour collectée, s’établissait à 44 %. Il a demandé que quatre des dix sièges de la CCHMV à l’OTI reviennent à Val-Cenis.

Cela aurait signifié que Modane passe de trois sièges à deux, puisqu’il n’est pas contesté que Bonneval-sur-Arc, Bessans, Villarodin-Bourget pour La Norma, et Aussois, en aient chacun un.

Jean-Claude Raffin a un peu bondi. Le maire de Modane, et celui de Val-Cenis, se sont défendus de tout hégémonisme. Le premier déclarant ne briguer pour “le bas”, ni la vice-présidence au tourisme de la CCHMV, ni la présidence de l’OTI, le second insistant pour que le poids de sa commune soit pris en compte.

Une insistance qui coûte cher

Pas moyen de trouver un terrain d’entente. Même en comptant à part la candidature de Christian Chiale comme représentant les communes de Haute-Maurienne Vanoise non-supports de station (Saint-André, Le Freney, Fourneaux), il restait encore 12 candidats pour dix places. Dont trois pour Modane… Et cinq pour Val-Cenis, car aux quatre proposés par le maire, s’est rajouté l’inévitable François Camberlin !

Jacques Arnoux a payé cher le fait d’avoir insisté. Alors que François Camberlin n’avait obtenu, lors de l’élection des vice-présidents, que quelques voix à chaque candidature, cette fois-ci, 16 suffrages se sont portés sur son nom ! Le vote est secret, mais on imagine que du côté “du bas”, des élus ont été trop contents de privilégier un opposant plutôt que les candidats de Jacques Arnoux.

Résultat : Modane garde ses trois administrateurs, Val-Cenis en reste à trois, dont deux seulement de la majorité. L’élection du président de l’OTI risque d’être sportive, même si le conseil d’administration peut encore accueillir trois membres, à désigner par les stations.

 Haut de page

Restez informés

Informations pratiques

  • Plan de la ville
    Plan de la ville
  • Valfréjus
    Valfréjus
  • Urgence et pratique
    Urgence et pratique
  • Annuaires
    Annuaires
  • Transports
    Transports
  • Location de salles / matériel
    Location de salles / matériel
  • Marchés
    Marchés
  • Nouveaux Modanais
    Nouveaux Modanais
  • Acces à la webcam - JPEG - 242.5 ko