AccueilRestez informésRevue de presseDL du 24/02/2016

DL du 24/02/2016

Cinq prévenus condamnés

Ils pirataient des cartes bancaires

En février 2014, les douaniers en poste à Modane arrêtaient un homme de nationalité bulgare, en possession de matériel informatique servant à pirater les données de cartes bancaires, destinées à être encodées sur des cartes vierges. Les investigations menées permettaient d’identifier quatre autres ressortissants bulgares, impliqués dans le même réseau “spécialisé” dans cette pratique frauduleuse. Installé discrètement sur un distributeur de billets et équipé d’une petite caméra, le matériel utilisé permet à la fois de visualiser le code saisi sur le clavier et d’enregistrer les coordonnées de la carte insérée. 36 000 euros retirés en sept jours Renvoyés devant le tribunal correctionnel d’Albertville pour escroquerie en bande organisée, les cinq individus, Todor Preslavov Disshev, Kristian Iliev, Borislav Ivanov, Angel Kasabov et Boris Marinov, ont été jugés vendredi matin. Les prévenus – qui ont agi dans plusieurs régions de France, dont la Savoie – captaient les données bancaires puis les communiquaient à d’autres membres du réseau, situés aux États Unis, en Colombie ou encore en Asie, où les retraits d’argent étaient effectués. Au total, 36 000 € avaient pu être retirés en, à peine, une semaine. À la barre, bien qu’assistés d’un interprète, les comparses n’ont pas été très bavards. « L’instruction n’a pas démontré que ces personnes font partie d’un réseau mafieux bulgare, si bien que la bande organisée ne peut être retenue », notait, dans sa plaidoirie, l’avocate d’un prévenu, Me Caroline Livet. Tous ont été condamnés à trois ans de prison ferme assortis d’une amende de 20 000 €. Olivier MASSEBOEUF

La Ville se penche sur la piste des économies de fonctionnement

Modane n’a plus de dettes ou très peu, mais n’est pas riche pour autant. Le tableau dressé lundi soir en conseil municipal, lors du débat d’orientations budgétaires, par l’adjoint aux finances Thierry Théolier, est clair. Les élus ne souhaitent pas augmenter les impôts des particuliers, et n’ont pas de marge de manoeuvre sur les autres taxes (sur l’eau, le séjour, les remontées mécaniques). Ces compétences pourraient, de surcroît, passer à l’intercommunalité, mais on ne sait ni quand, ni dans quelles conditions. D’autre part, si Modane est désendettée en tant que ville, elle porte aussi une partie de la dette du Syndicat mixte Thabor Vanoise pour Valfréjus. En face, elle doit faire face à des investissements pour une estimation basse de 1,6 millions d’euros, alors que la capacité d’autofinancement est de 700 000 €. Peut-être un emprunt pour le pont Caffarel Rien de dramatique : « pour la plage de dépôt du Saint Antoine, on a les subventions au moins la première tranche », fait remarquer le maire Jean Claude Raffin. Pour la mise en accessibilité des bâtiments communaux, un ou deux dossiers seulement sont prêts à être engagés. Reste le pont Caffarel, prévu au budget 2015 mais non réalisé. « On peut emprunter », suggère Thierry Théolier : le nouveau pont durera plus longtemps que la durée du remboursement, mais pendant des années, la capacité d’autofinancement sera réduite de 70 000 € par an. Pour la restaurer, reste la piste des économies. « Une étude est en cours sur l’éclairage public, Louis Thomas travaille sur la question du chauffage », rappelle l’adjoint aux finances. Christian Simon penche pour des mesures plus drastiques  : « il y a de moins en moins d’habitants et je ne vois pas l’effectif du personnel communal diminuer en rapport », lance t il, inquiet de voir, comme président du Sirtomm, des communes mauriennaises qui n’arrivent même plus à réaliser des travaux mineurs comme « faire les trous pour les conteneurs semi enterrés  ». « Personne ne se tourne les pouces dans les services », rétorque Aline Chiapusso. « Nous avons toujours la même longueur de voirie, et il y a des services en plus comme la garderie, la cantine  », ajoute Jean Claude Raffin. « Le personnel représente 26 % de nos dépenses de fonctionnement , la moyenne de la strate [communes de taille similaire] est à 42 % », complète Thierry Théolier. Frédéric THIERS

L’avenir s’éclaircit-il pour le pont Caffarel, qui n’a pas été rénové en 2015 comme le prévoyait pourtant le budget ? Réponse, peut-être, cette année… Photo

Les speedriders n’ont pas que des amis

Certes, le conseil a voté une subvention de 1 000 € (maximum) au club “Les têtes brûlées” pour l’organisation, du 20 au 25 mars, du championnat de France de speedriding. Mais trois conseillers (Louis Thomas, Gérard Masoch, Christian Facon) ont voté contre, et quatre (René Perri, Aline Chiapusso, Xavier Lett, Julien Billoir) se sont abstenus. « C’est à la fois du sport et du tourisme, avec des retombées médiatiques  », avait plaidé Nicole Seltzer. Mais pour les détracteurs, le speedriding est très dangereux (Christian Facon), et surtout ses adeptes ne respectent rien (Gérard Masoch) : « ni les distances par rapport aux lignes, par rapport aux skieurs, ni les files d’attente aux remontées, et quand on dit quelque chose on se fait envoyer promener ». Jean Claude Raffin convient que l’arrêté municipal réglementant l’activité n’est pas toujours respecté, mais estime aussi qu’il ne faut pas généraliser. Il envisage de voir dans quelle mesure les comportements anormaux pourront être sanctionnés.

“Nos cousins du Piémont” expliqués à la Dante Alighieri

Vendredi 26 février à 18 heures, à la salle polyvalente du foyer-logement Pré-Soleil, la société Dante Alighieri accueillera Ornella Venturini, pour une conférence sur le thème “Nos cousins du Piémont”, qui est aussi le titre d’un de ses ouvrages. « Toute la barrière des Alpes occidentales sépare le Piémont de la Savoie », explique-t-elle, « et pourtant des liens unissent les habitants des vallées piémontaises à ceux des vallées alpines françaises ». C’est un regard sur l’Histoire, et sur les parcours touristiques du Piémont, la première région qui a oeuvré pour l’unité italienne, grâce à un roi savoyard ! Les livres d’Ornella Venturini sont disponibles à la librairie “Histoire de lire”.

Grac : la saison culturelle se poursuit avec “Les amis du placard”

La pièce s’adresse au public à partir de 10 ans. Elle sera jouée, dans le cadre de la programmation du Groupe de recherches et d’action culturelle, le vendredi 4 mars à 20h30, à la salle des fêtes. “Les amis du placard” est une comédie drôle et grinçante qui se penche sur les travers des relations humaines. Entrée 5 €.

 Haut de page

Restez informés

Informations pratiques

  • Plan de la ville
    Plan de la ville
  • Valfréjus
    Valfréjus
  • Urgence et pratique
    Urgence et pratique
  • Annuaires
    Annuaires
  • Transports
    Transports
  • Location de salles / matériel
    Location de salles / matériel
  • Marchés
    Marchés
  • Nouveaux Modanais
    Nouveaux Modanais
  • Acces à la webcam - JPEG - 242.5 ko