AccueilRestez informésRevue de presseDL du 23/12/2020

DL du 23/12/2020

Nouveaux noms de rues à Modane : un groupe de réflexion créé

Après une remarque d’un conseiller municipal, la municipalité va créer un groupe de réflexion autour de la dénomination des rues, places et parkings de la ville de Modane.

Le quartier de Loutraz, à Modane. Photo Le DL /F.T.

Un sujet discuté en commission travaux de la municipalité de Modane au mois de novembre a débouché sur le “classement dans le domaine public et la dénomination de places et de parkings (et quelques chemins ruraux)”, un point à l’ordre du jour du dernier conseil municipal. « L’objectif est de les intégrer dans le tableau des voiries communales », remarquait le maire de Modane, Jean-Claude Raffin. Dans ce cadre, des subventions à hauteur de 13 000 à 14 000 euros pourraient être accordées à la Ville. Pour la délibération de ce dernier conseil municipal de l’année, le premier magistrat proposait que naissent les parkings du Chamois, du Tennis, du Stade, du Jumelage, du Cheval blanc et des Cascades, ainsi que les places Paul-Bert et du Morant. Mais ces propositions n’ont pas été du goût de tous.

« Une décision prise à la va-vite »

S’il était obligatoire que le conseil municipal se prononce avant la fin de l’année 2020 sur la dénomination de ces places, il est fort probable qu’il revienne sur sa décision dès l’année prochaine.

Bruno Cobus, conseiller municipal, trouve « dommage que cette décision soit prise à la va-vite ». Il poursuit : « J’aimerais qu’il y ait un peu plus de réflexion autour de ces dénominations. Cela permettrait d’avoir des lieux un peu plus locaux et emblématiques. Je pense que l’on pourrait mettre en valeur les actions de Modanais. Cela serait un lieu de mémoire supplémentaire. Je pense au parking du Tennis qu’on pourrait renommer “parking de la Résistance et de la Déportation”. »

Son idée n’est pas tombée dans l’oreille d’un sourd, Jean-Claude Raffin lui a alors demandé de créer un groupe de réflexion autour de ces dénominations afin qu’elles prennent plus de sens et soient ensuite proposées à nouveau en conseil municipal.

Rénovation de l’église : l’association va rembourser la Ville Dans le cadre des travaux (déjà réalisés) de rénovation électrique de l’église Notre-Dame-de-l’Assomption de Modane, l’association “Paroisse Notre-Dame” s’est engagée à rembourser la municipalité de la totalité des frais engagés. Un montant qui s’élève à 3 900 euros.

IRM, médecine : de nouvelles perspectives pour l’hôpital de Saint-Jean-de-Maurienne

En 2008, l’hôpital de Saint-Jean-de-Maurienne était dans le couloir de la mort. Gracié puis réhabilité, il est désormais l’objet de l’attention de l’ARS. Son directeur a tenu des propos rassurants lundi.

Jean-Paul Margueron président de la Communauté de communes Cœur-de-Maurienne Arvan, Martine Berthet sénatrice, Jean-Claude Raffin maire de Modane, Rozenn Hars vice-présidente du conseil départemental, Philippe Rollet maire de Saint-Jean-de-Maurienne, le Dr Karen Hardy présidente de la commission médicale d‘établissement, Éric Alban-Giroux directeur par intérim, Émilie Bonnivard députée, et Yannick Neuder vice-président du conseil régional. Photo Le DL /F.T.

C’était un peu Noël avant l’heure que cette visite du Dr Grall (1). Tant les élus que les hospitaliers l’ont entendu proférer des paroles rassurantes : un service de médecine neuf, un bloc opératoire remis à niveau, une cuisine améliorée… « Et le mot IRM a été prononcé, c’est vraiment intéressant, même si nous sommes comme saint Thomas », sourit le Dr Karen Hardy, pneumologue, présidente de la commission médicale.

La visite s’est tenue à l’initiative d’Émilie Bonnivard, députée, et conseillère régionale, accompagnée pour l’occasion de Yannick Neuder, vice-président de la Région. Celle-ci n’a pas de compétence en matière de santé, mais l’aménagement du territoire, et donc son attractivité, relèvent de sa responsabilité.

Une question d’attractivité du territoire

Or, un territoire sans hôpital performant n’attire personne. Ni les médecins, qui souhaitent exercer avec un plateau technique correspondant à leur niveau de formation. Ni des populations nouvelles, pour lesquelles la perspective d’une heure de route pour accéder à des soins dépassant la médecine générale est aujourd’hui un repoussoir.

« La Maurienne est le seul territoire de Savoie non doté d’une IRM », note ainsi Philippe Rollet, maire, pour qui les annonces de lundi vont faire « entrer l’hôpital dans le XXIe siècle ». Si elles se concrétisent, le service de médecine et ses 39 lits quitteront dans les années qui viennent leurs locaux vétustes pour un nouvel étage, à construire au-dessus du service de chirurgie.

La fusion juridique (même si dans les faits, l’administration était déjà commune) des hôpitaux de Saint-Jean et Modane a sans doute participé à la reconnaissance de leur rôle dans le système de santé. « Il n’y a plus de risque à moyen et long terme sur leur maintien et sur l’offre de soins », insiste Émilie Bonnivard, il faut maintenant faire mieux.

« Notre effort collectif trouve des réponses positives », estime Rozenn Hars, vice-présidente du Département. Quant à la mise en œuvre de ces annonces, Philippe Rollet évoquait, lundi soir en conseil municipal, l’échéance 2024-2026. Mais les études devraient être lancées dès 2021.

(1) Nous n’avons pas pu rencontrer le directeur de l’ARS. Les propos sont rapportés par ses interlocuteurs.

 Haut de page

Restez informés

Informations pratiques

  • Plan de la ville
    Plan de la ville
  • Valfréjus
    Valfréjus
  • Urgence et pratique
    Urgence et pratique
  • Annuaires
    Annuaires
  • Transports
    Transports
  • Location de salles / matériel
    Location de salles / matériel
  • Marchés
    Marchés
  • Nouveaux Modanais
    Nouveaux Modanais
  • Acces à la webcam - JPEG - 242.5 ko