AccueilRestez informésRevue de presseDL du 20/10/2016

DL du 20/10/2016

L’ouvrage actuel, sur la rampe d’accès au tunnel du Fréjus, victime des mouvements de terrain

Le viaduc du Charmaix reconstruit pour cent ans

L’ouvrage, long de près de 300 mètres, n’a pas 40 ans, mais subit le glissement irrémédiable du terrain sur lequel il est implanté. Trois fois déjà, de 1986 à 2003, ses piles ont été “recalées”. Mais ce dispositif mis en place en 1985, cinq ans à peine après la mise en service, pour compenser l’instabilité des sols, est en bout de course. Le viaduc du Charmaix va donc être remplacé par un autre, construit juste à côté. L’opération vient d‘être lancée officiellement, et durera trois ans. Reynald Kerromen, ingénieur “ouvrages d’art” au bureau d’études Egis, assure que le nouveau viaduc est conçu pour cent ans. Outre les deux culées, il comportera deux piles au lieu de sept. Le tablier ne sera pas en béton précontraint, comme l’actuel, mais mixte, acier et béton, donc plus souple. Seule une pile sera ancrée sur du rocher stable, l’autre et les deux culées continueront de bouger avec le terrain, il n’y a rien à faire contre ça. Il faudra donc toujours, régulièrement, remettre le tablier dans son axe, mais cela se fera en tête de pile et non plus en pied, grâce à un système complexe d’appuis souples en élastomère, et de joints de chaussée adaptables. Le nouvel ouvrage, dans son tablier, accueillera un tronçon de la ligne très haute tension France Italie. Frédéric THIERS Les travaux du nouveau viaduc ont commencé, pour une livraison prévue en 2019 et confirmée par Morgan Tanguy, sous-préfet de Saint-Jean-de-Maurienne. D’ici là, le viaduc actuel restera en service. Photo Le DL/F.T.

Le trafic ne sera pas détourné par Fourneaux et Modane

Il n’y aura pas de coupure de circulation : le trafic du tunnel du Fréjus (environ 2 000 poids lourds par jour, sans compter voitures et bus) n’aura donc pas à traverser l’agglomération modanaise. Même les matériaux de construction éviteront le centre urbain, ce qui a nécessité la construction d’un pont sur le Charmaix, en bas du chantier. Ce dernier, « attendu mais redouté » pour le maire de Fourneaux François Chemin, est confié à un groupement d’entreprises dont Bouygues construction est le mandataire. Il n’est pas une mince affaire. « En rive droite, la pente est assez douce et la piste existe, mais en rive gauche, c’est très abrupt, il a fallu terrasser et faire des enrochements pour créer une piste », explique Olivier Viret, directeur du chantier chez Bouygues. De part et d’autre, des parois clouées sont posées, et la construction des piles va bientôt débuter. Pour implanter la n° 2 sur le rocher, il faudra creuser jusqu’à 13 mètres de profondeur pour “trouver le dur”. Quant au lancement du tablier, il promet d’être spectaculaire, surtout celui de la travée centrale, de 116 mètres de long, entre les deux piles. Une fois le nouveau viaduc en service, il faudra démonter l’ancien. « On ne pouvait pas envisager une démolition à l’explosif », indique Olivier Viret. Une entreprise italienne spécialisée découpera d’abord les dalles en béton du tablier actuel, puis les poutres, elles aussi en béton. Une énorme grue sera nécessaire pour descendre les morceaux jusqu’au sol. Enfin, les piles seront sciées par morceaux de 2 mètres, sauf leurs bases, qui seront transformées en lieux de vie pour les chauvessouris, dont la présence a été détectée lors des études d’impact du chantier. Il restera donc quelque chose du viaduc d’origine… F.T.

L’INFO EN + CAPACITÉ IDENTIQUE

La grande inquiétude locale portait sur la largeur du nouveau viaduc : il aurait pu contribuer à une augmentation au tunnel du Fréjus, qui sera à deux tubes à l’horizon 2020- 2021. Mais le nouveau viaduc n’aura que trois voies, dont une centrale neutralisée, comme son prédécesseur. Didier Simonnet, directeur général de la Société française du tunnel routier du Fréjus, maître d’ouvrage, l’a confirmé. La SFTRF finance par ailleurs, pour 400 000 €, une piste forestière, la sécurisation de la RD 215 et celle de l’alimentation en eau de la commune de Fourneaux.

La Dante Alighieri sur les traces des Génois

Cinquante-trois adhérents de la Dante Alighieri de Modane ont visité Gênes et sa région. Du somptueux sanctuaire de Vicoforte à la vieille cité génoise, classée au patrimoine mondial de l’Unesco, au cimetière de Staglieno, dont Hemingway disait être une des merveilles du monde. Le petit train touristique les a conduits de Gênes à Casella, où ils ont dégusté une cuisine typiquement génoise, d’où ils ont rejoint Alessandria pour visiter le musée du chapeau Borsalino, avant de rejoindre Modane, passant par Bardonecchia enneigée. Tous ont été enchantés de ce voyage.

 Haut de page

Restez informés

Informations pratiques

  • Plan de la ville
    Plan de la ville
  • Valfréjus
    Valfréjus
  • Urgence et pratique
    Urgence et pratique
  • Annuaires
    Annuaires
  • Transports
    Transports
  • Location de salles / matériel
    Location de salles / matériel
  • Marchés
    Marchés
  • Nouveaux Modanais
    Nouveaux Modanais