AccueilRestez informésRevue de presseDL du 18/12/2017

DL du 18/12/2017

Le 100e anniversaire de la catastrophe ferroviaire gravé dans les mémoires

Célébré avec beaucoup de dignité, cet anniversaire a permis de transmettre, dans la mémoire collective, ce qui demeure aujourd’hui, la plus grande catastrophe ferroviaire française.

Commencée à Saint-Jean-de-Maurienne, la commémoration du centenaire de la catastrophe ferroviaire s’est terminée hier à Modane. Comme un symbole. C’est de cette ville que le train des permissionnaires, revenant du front italien, est parti, pour ne jamais arriver à destination. Le 12 décembre 1917, le convoi a déraillé à hauteur de la Saussaz, tuant 435 personnes.

Hier matin, une cérémonie s’est déroulée au monument aux morts en présence de représentants du monde civil et militaire, des anciens combattants et du Souvenir français et de la population. Elle a été rythmée par la fanfare du 27e bataillon de chasseurs alpins d’Annecy et la Banda musicale alta Valle Susa.

• « Préserver le souvenir de ces victimes »

Au nom du conseil municipal modanais, Géraldine Botte, en charge de la culture et du patrimoine, a insisté « sur l’importance de préserver le souvenir de ces victimes. Il est essentiel que nous gardions vivante leur mémoire qui nous enseigne que l’on peut mourir pour la France dans un train de permissionnaires comme dans un immeuble de Beyrouth Ouest sous l’uniforme des Casques bleus, dans les sables du Mali, dans une salle de rédaction d’un journal satirique, dans une salle de concert parisienne. »

À la Rizerie, Gabriel Durand-Lamy, 10 ans, a lu une lettre écrite par son arrière-arrière-grand-père, Lucien Belia. « Nous venons de vivre, au travers des différentes cérémonies, soirées, animations, deux semaines exceptionnelles, a souligné le maire, Jean-Claude Raffin. Imaginons ce qui devait se passer dans le train. Nous ne referons pas l’histoire. Nous devons la transmettre. En s’appuyant sur le passé, nous nous tournons vers l’avenir. »

La vice-présidente du conseil départemental, Rozenn Hars a mis en avant « une tragédie qui a touché ces jeunes. C’est un devoir de pédagogie historique. » Le conseiller régional, François Chemin, a souligné « la riche quinzaine vécue. Elle a nous a donné une vision précise et plus sincère de la catastrophe. » La députée, Émilie Bonnivard, a félicité « les artisans de l’organisation. Vous avez permis d’honorer la mémoire des soldats ».

Le colonel, Emmanuel Devigne, chef de corps du 13e BCA, a souligné que « la Maurienne a su se mobiliser et se souvenir du sacrifice payé par les enfants de notre pays ». Jean-Michel Gallioz, maire de Saint-Michel, s’est félicité « du bel exemple d’unité de la vallée. Aux côtés de Saint-Michel, les communes de Modane, Fourneaux, Le Freney, Saint-André, Orelle et Saint-Jean ont adhéré au projet d’ensemble.

Ils ont été présents lors des différentes cérémonies. Hier matin, les porte-drapeaux étaient encore sur le front et leur présence a été pleinement appréciée.

Géraldine Botte.Lors de son intervention en début de cérémonie, Géraldine Botte a notamment demandé de se souvenir « de ces 435 soldats morts alors qu’ils allaient rejoindre leur famille pour un court moment de bonheur loin des horreurs de la guerre. » Un bonheur qu’ils n’allaient, malheureusement, pas connaître.

 Haut de page

Restez informés

Informations pratiques

  • Plan de la ville
    Plan de la ville
  • Valfréjus
    Valfréjus
  • Urgence et pratique
    Urgence et pratique
  • Annuaires
    Annuaires
  • Transports
    Transports
  • Location de salles / matériel
    Location de salles / matériel
  • Marchés
    Marchés
  • Nouveaux Modanais
    Nouveaux Modanais