AccueilRestez informésRevue de presseDL du 14/12/2017

DL du 14/12/2017

La base secours va redoubler d’activité cet hiver Secouristes et pilotes prêts pour l’ouverture de la saison

Cette année, le détachement de Modane accueille un nouveau gendarme, le maréchal des logis-chef, Benjamin Gonzalez. Photo Le DL/A.B.-M.

Chaque jour, toute l’année, depuis la base de Modane, les gendarmes du Peloton de haute-montagne ou les CRS, en alternance une semaine sur deux, se tiennent prêts à intervenir dans le secteur montagneux de Savoie. Ils sont transportés dans les airs par l’équipage du Détachement aérien de la gendarmerie.

Alors que les stations rouvrent une à une, les gendarmes savent que l’activité va devenir plus intense. « Nous avons connu une intersaison assez calme avec deux à trois interventions par semaine. Depuis quelques jours, nous intervenons dans les commissions de sécurité préalable à l’ouverture des 17 stations de Maurienne. Ce rôle nous permet de faire le point sur la sécurisation des domaines et d’échanger avec les services de secours des stations. Nous travaillons beaucoup avec eux », détaille le capitaine Fabrice David, responsable du détachement de Modane.

Migrants : « Notre rôle risque de s’intensifier »

Toute l’année, onze gendarmes, dont deux équipes cynophiles, et trois gendarmes adjoints volontaires se relaient pour assurer les secours et les missions de gendarmerie. « Pour beaucoup, on intervient pour porter secours à une victime sur les pistes ou prise dans une avalanche. Nous menons également des contrôles des professionnels dans les stations : moniteur, guide, accompagnateur moyenne montagne… Nous vérifions notamment qu’ils sont en possession des diplômes nécessaires pour encadrer ces activités », complète-t-il.

Le Peloton a aussi une mission « de surveillance des frontières. Nous pouvons intervenir ponctuellement pour des migrants qui se blessent ou sont bloqués par la neige. Comme le flux migratoire remonte du Briançonnais, notre rôle risque de s’intensifier ».

Régulièrement, les gendarmes mènent aussi des actions de prévention. « Nous accueillons des groupes à la base de Modane pour leur donner les clés de la sécurité en montagne : comment préparer sa sortie, donner l’alerte, réagir en cas d’accident… En montagne, tout se passe très vite. Il est important d’acquérir des réflexes », souligne le capitaine.

Un appel à la prudence

Alors que des chutes de neige sont annoncées aujourd’hui et demain, le major Christian Crueize, du Peloton de gendarmerie de haute-montagne de Modane, appelle les amateurs à la prudence. « Le manteau neigeux est tellement instable que des stations déclenchent des avalanches à tout va pour purger les domaines, parfois depuis un hélicoptère. Certaines communes ont même pris des arrêtés municipaux pour interdire le ski de randonnée en bord de piste », alerte-t-il.

Pour l’heure, le risque avalancheux est de 4 sur 5 en Savoie. « Avant de partir en ski de randonnée, il faut se renseigner et se méfier des spécificités locales. Le mieux est de passer un coup de fil au service des pistes du domaine où l’on souhaite aller pour demander quelle est la réalité du terrain ».

Il met aussi en garde contre des idées reçues : « On n’est pas davantage protégé des avalanches dans une zone boisée. Aujourd’hui, vu l’état de la neige, une coulée qui partirait sur une pente raide au-dessus d’une zone boisée balayera tout, y compris les randonneurs. L’avalanche ne s’arrête pas à la lisière de la forêt ».

Agnès BRIANÇON-MARJOLLET

Ce soir, François Forray va aborder “l’Italie de l’immigration sur le front”

François Forray.

Ce soir, à 19 heures, au Muséobar, se tient la dixième conférence entrant dans le cadre du 100e anniversaire de la catastrophe ferroviaire. Animée par François Forray, elle a pour thème “l’Italie de l’immigration sur le front." Historien, membre effectif de l’Académie de Savoie, il est l’auteur d’expositions et d’ouvrages sur la Savoie, spécialement sur les relations franco-italiennes. Il évoquera cette terrible guerre de montagne et de tranchées, l’arrivée des troupes alliées sur le sol italien, la solidarité des tranchées qui se manifeste…

L’entrée en guerre de l’Italie au côté de l’Entente en mai 1915 relève du miracle, tant le pays était divisé entre les partisans de la neutralité et ceux d’une intervention au côté des franco-britanniques. Si les relations entre responsables français et italiens restent tendues, la défaite de Caporetto en octobre 1917 entraîne un envoi des troupes, dès novembre, pour stabiliser le front italien.

La voie ferrée Culoz-Modane prend alors une importance stratégique capitale. Elle fait l’objet de menaces de la part des services secrets ennemis. Dans ce contexte se produit la catastrophe ferroviaire de Saint-Michel. L’intervention des troupes alliées, en Italie, développe, par la solidarité des tranchées, une amitié et une reconnaissance mutuelle entre Français et Italiens. Une reconnaissance qui sera pourtant de bien brève durée.

 Haut de page

Restez informés

Informations pratiques

  • Plan de la ville
    Plan de la ville
  • Valfréjus
    Valfréjus
  • Urgence et pratique
    Urgence et pratique
  • Annuaires
    Annuaires
  • Transports
    Transports
  • Location de salles / matériel
    Location de salles / matériel
  • Marchés
    Marchés
  • Nouveaux Modanais
    Nouveaux Modanais
  • Acces à la webcam - JPEG - 242.5 ko