AccueilRestez informésRevue de presseDL du 14/11/2016

DL du 14/11/2016

Le Petit Bonheur chante à l’église

La chorale “Le Petit Bonheur” ne laisse jamais passer l’occasion de rendre hommage à sainte Cécile en se produisant lors de la messe dominicale. En effet, la patronne des musiciens se fête le 22 novembre, et en cette période, toutes les sociétés musicales et chorales marquent, au fil des dimanches, leur attachement à cette tradition. Hier, l’ensemble de la chorale a pris place dans l’église, à l’occasion de la messe célébrée par le père Martin Koziol. Les chanteurs ont interprété le “Misericordes sicut Pater”, hymne de l’année sainte de la miséricorde. Pour la suite, la chorale avait choisi un “Kyrie” moderne, celui de Leonadis Abaris, compositeur contemporain. Elle est revenue au classique avec le “Dona nobis pacem” de Mozart, un canon à trois voix, avant le Sanctus et l’Agnus Dei de la “messe des chapelles” de Gounod. Le chant de fin, “Rock my soul”, un gospel en canon à deux vois, a suscité les applaudissements des fidèles. Les intentions de la messe allaient, entre autres, aux choristes et chefs de choeur décédés. Dimanche prochain, elle sera marquée par la quête au profit du Secours catholique. F.T.

La prestation de la chorale “Le Petit-Bonheur” a donné hier une dimension exceptionnelle à la messe dominicale célébrée par le père Martin Koziol. Photo LeDL/Frédéric THIERS

Liaison ferroviaire avec Modane : le dossier avance

Pour l’assesseur régional aux transports Francesco Balocco, « la ligne ferroviaire Modane Turin est tombée dans l’oubli voici quatorze ans ». Telle fut la conclusion d’une conférence tenue jeudi à Oulx, et voulue fortement par le maire Paolo De Marchis et ses homologues de Bardonecchia Francesco Avato, et de Modane Jean Claude Raffin. Pendant trois heures, les représentants de Rete ferroviaria Italia ont écouté d’abord les maires, puis les élus régionaux et métropolitains, mettre en évidence les innombrables désagréments que les usagers de la haute vallée de Suse subissent au quotidien, et rappelés lors de la manifestation du 15 octobre à Bardonecchia  : difficultés de liaison avec Modane, tourisme pénalisé hiver comme été, disparité tarifaire pour les élèves de basse vallée fréquentant le lycée Des Ambrois et la Formont d’Oulx, gares mal surveillées qui deviennent des dortoirs… Beaucoup de maires ont relevé ces points, y compris Jean Claude Raffin, qui a rappelé la difficulté qu’il y avait à dialoguer, côté français, avec la SNCF. Le mécontentement a été relayé par le public, mais les deux responsables de RFI ne se sont pas avancés à promettre des solutions. Du concret, en revanche, il y en a eu par la voix de Paolo Foietta, commissaire extraordinaire du gouvernement pour la nouvelle liaison LyonTurin. Il a promis de trouver à court terme une solution pour le rétablissement de la liaison Modane Bardonecchia. Il serait possible de remettre en service les quais autrefois utilisés par la navette ferroviaire. Mauro Carena, conseiller métropolitain, l’a rappelé : « on nous parle de train pour réduire la pollution due à l’automobile, mais il n’est pas facile d’acheter des billets, il est impossible aux cyclistes d’emmener leur vélo dans le bus transfrontalier actuel, ni des skis l’hiver, et il y a peu de navettes. C’est un grave inconvénient pour le tourisme, et ici, du tourisme, on en vit ! » Une autre réunion devrait avoir lieu à Turin, et la question de la liaison Turin Modane sera à nouveau évoquée par Paolo Foietta. Luisa MALETTO

Le public en a plus qu’assez de la dégradation des conditions de transport ferroviaire en haute vallée de Suse. Photo

COMMÉMORATIONS | Dans une atmosphère particulière

À Modane, une cérémonie destinée aussi aux réfugiés

La cérémonie de commémoration de l’armistice du 11 novembre 1918 s’est déroulée en présence du sous préfet Morgan Tanguy et du conseiller régional François Chemin, avec la participation de la 4e compagnie du 13e régiment du génie du Valdahon, en stage au Gam (Groupement d’aguerrissement de montagne), et d’enfants de l’école Jules Ferry. Cette année, d’autres enfants participaient aussi à la cérémonie, mais avec les sapeurs pompiers. Après les dépôts de gerbe, les discours officiels ont été lus par les enfants dans la salle Fardel. Le maire Jean Claude Raffin a évoqué la bataille de Verdun de 1916, avant de se demander si, « dans deux ans, nous serons encore là devant le monument aux morts, et dirons nous que nous sommes vraiment en paix ? ». Il a ajouté qu’il fallait « expliquer la différence ente patriotisme et nationalisme. Nous sommes responsables vis à vis de ceux qui se sont battus il y a 100 ans ». Avec le sous préfet, il a également évoqué la présence, depuis environ quinze jours, de réfugiés venus de Calais : « la solidarité, comme nos valeurs républicaines, sont aussi une arme pour lutter pour la paix. Ces réfugiés l’ont trouvé ici ».

Alexandra BERTHOLLET

Le dépôt des gerbes devant le monument aux morts.

 Haut de page

Restez informés

Informations pratiques

  • Plan de la ville
    Plan de la ville
  • Valfréjus
    Valfréjus
  • Urgence et pratique
    Urgence et pratique
  • Annuaires
    Annuaires
  • Transports
    Transports
  • Location de salles / matériel
    Location de salles / matériel
  • Marchés
    Marchés
  • Nouveaux Modanais
    Nouveaux Modanais