AccueilRestez informésRevue de presseDL du 12/06/2014

DL du 12/06/2014

200 chauffeurs ont filtré l’accès à l’Italie, hier, avant une rencontre avec le préfet Le mouvement de force des taxis au tunnel du Fréjus

Hier, de midi à 16 h 30, aucun poids lourd n’a pu passer le tunnel du Fréjus en direction de l’Italie. C’est l’une des conséquences du coup de force réalisé par les chauffeurs de taxi de l’Isère, de la Drôme, de l’Ardèche, de l’Ain et de la Savoie. Ils prenaient part à la journée européenne d’action pour défendre la profession des taxis face aux voitures de tourisme avec chauffeur (VTC). « Notre objectif était de cibler des lieux et des sites liés à l’Europe. Le tunnel du Fréjus était tout indiqué », explique l’un des porte­parole du mouvement, le président de la Chambre syndicale des artisans taxis de Savoie, Wilfrid Bénard. « Nous sommes prêts à nous mobiliser de nouveau » Partis de Chambéry et de leurs départements d’origine dans la matinée, les véhicules sont entrés sur l’A43 à partir de Saint-­Étienne-­de­-Cuines et de Saint­-Julien-­Montdenis. Sans bloquer le trafic, ils ont contribué à le ralentir. Rapidement, une opération de stockage des camions sur les aires a été lancée, afin qu’ils ne viennent pas grossir le flot des véhicules. Arrivés vers midi sur la plateforme du tunnel du Fréjus, plus de 200 véhicules ont pris place de part et d’autres des infrastructures, laissant passer les véhicules légers. Alors que les chauffeurs n’étaient pas pressés de libérer la plateforme, le préfet de la Savoie Éric Jalon leur a proposé une entrevue. « La capacité de stockage des poids lourds sur les aires allait être atteinte et des problèmes de sécurité allaient se poser  », a souligné Wilfrid Bénard. La rencontre entre le préfet et six représentants des artisans taxis a duré moins d’une heure, dans une salle de la société du Tunnel du Fréjus. Au terme de celle-ci, Éric Jalon a évoqué « les doléances des chauffeurs de taxi après la remise du rapport du député dans le cadre du conflit qui les oppose aux VTC. Ils m’ont dit leur déception et leur inquiétude. Ils avaient la volonté d’être entendus  ». À la sortie de cette entrevue, les représentants des chauffeurs de taxi sont allés rendre compte des discussions aux manifestants : « On a pu dire pourquoi notre profession se sentait malmenée. Désormais, on va être attentif à ce qui va se passer au niveau national. Nous sommes prêts à nous mobiliser de nouveau », a averti Wilfrid Bénard. Agnès BRIANÇON­MARJOLLET

JPEG - 138.3 ko

Restez informés

Informations pratiques

  • Plan de la ville
    Plan de la ville
  • Valfréjus
    Valfréjus
  • Urgence et pratique
    Urgence et pratique
  • Annuaires
    Annuaires
  • Transports
    Transports
  • Location de salles / matériel
    Location de salles / matériel
  • Marchés
    Marchés
  • Nouveaux Modanais
    Nouveaux Modanais