AccueilRestez informésRevue de presseDL du 12/05/2014

DL du 12/05/2014

Les anciens du 15e BCA rendent une nouvelle fois hommage à leurs morts

En dix ans, de 1952 à 1962, ils furent 112, chasseurs et harkis, membres du 15e bataillon de chasseurs alpins, à perdre la vie en Algérie. Ses membres européens, comme l’a souligné Jean­-Claude Raffin, maire, samedi matin à l’issue d’une émouvante cérémonie, « ont tous passé la grille du quartier Commandant ­Paris, et ne sont jamais revenus ». Peut-­être les traditions du bataillon vont­-elles renaître au Gam Pendant cette période en effet, Modane était le centre d’instruction de ce bataillon. Ceux qui lui ont appartenu s’en souviennent, et il y a quelques années, avaient souhaité ériger un monument à la mémoire de leurs camarades morts pour la France en Afrique du Nord.Le 10 mai 2013, cette entreprise aboutissait : la plaque était posée à l’entrée du quartier.Avant-­hier, un an après, une cérémonie y était à nouveau organisée, avec le concours du groupement d’aguerrissement en montagne, et du 19e régiment du génie, actuellement en stage au Gam. Michel Galisson, président de l’association du mémorial, s’est félicité qu’il y ait encore autant de monde à la cérémonie.Au cours de celle-­ci, l’appel des 112 morts a été effectué par une douzaine d’anciens combattants. Autour du fanion du “15”, impressionnante était la foule des autres drapeaux d’as­sociations patriotiques. Avant le dépôt de gerbes par les autorités, les participants ont récité le “Notre Père”, et après que les fleurs eurent été déposées, retentirent la Marseillaise et “Sidi Brahim”, le chant des chasseurs alpins. Tout le monde s’est ensuite retrouvé dans le quartier Paris. Le lieutenant ­colonel Buret, commandant le Gam, a avoué le début d’une bonne nouvelle  : il ne désespère pas que l’unité qu’il commande puisse devenir, à moyen terme, officiellement détentrice des traditions du 15e BCA. Cette unité retrouverait ainsi, sinon son existence, du moins son prestige, et le rassemblement régulier de ses anciens à Modane s’en trouverait conforté. Frédéric THIERS

JPEG - 91.4 ko

Une histoire tumultueuse Créé en 1854 comme 15e bataillon de chasseurs à pied, devenus “alpins” en 1916, le “15” a une histoire glorieuse et compliquée.Quatre fois cité, il est titulaire de la croix de guerre.Parmi ses combats, on citera le Hartzmannwillerskopf pendant la Grande guerre. En garnison à Barcelonnette dès 1922, il disparaîtra en 1940 pour se reformer en 1944 à partir de deux bataillons FFI et de la célèbre “compagnie Stéphane”. Plusieurs fois dissous et reformé, il renaît en Algérie à partir du 2e bataillon du 99e régiment d’infanterie. Après la fin du conflit, il est à nouveau dissous en 1963 à Chambéry, transformé en le 13e BCA qui existe aujourd’hui. En 1964, il devient un centre d’entraînement de commandos à Modane, lui­-même dissous en 1969. Le 15e BCA renaîtra deux fois comme formation de réserve, une première fois dans les Hautes-­Alpes en 1982, une deuxième fois en 1994 comme “bataillon de réserve de Savoie”, regroupant trois compagnies de Haute-­Savoie et deux de Savoie.Il est définitivement dissous en 1999, à Albertville.

 Haut de page

Restez informés

Informations pratiques

  • Plan de la ville
    Plan de la ville
  • Valfréjus
    Valfréjus
  • Urgence et pratique
    Urgence et pratique
  • Annuaires
    Annuaires
  • Transports
    Transports
  • Location de salles / matériel
    Location de salles / matériel
  • Marchés
    Marchés
  • Nouveaux Modanais
    Nouveaux Modanais