AccueilRestez informésRevue de presseDL du 12/02/2021

DL du 12/02/2021

Cyclotourisme en Maurienne : découvrez les trois nouveaux itinéraires

En attendant l’itinéraire cycliste de fond de vallée, la promotion du territoire passe par la création de produits touristiques. Deux boucles et un tracé viennent de voir le jour en Maurienne. Présentation.

Le col de la Madeleine, une des ascensions les plus dures. Photo DR

C’est entendu, le vrai itinéraire cycliste qui permettra de pédaler d’Aiton à Bonneval-sur-Arc sans jamais trop être embêté par les voitures, au prix de lourds investissements, ne commencera de voir le jour que l’année prochaine, après moult études. Mais Maurienne Tourisme poursuit la promotion du territoire en guidant les pratiquants du cyclisme, qu’ils soient très sportifs ou plus familiaux. Les trois itinéraires qui viennent d’être lancés poussent les pratiquants vers le voisinage. l’Italie, l’Oisans, et même la Tarentaise.

Ils sont présentés comme très adaptés au vélo à assistance électrique, mais on peut bien sûr les pratiquer à vélo classique. Il faudra alors être relativement bien entraîné, car tous sont classés en niveau “difficile”, du fait de leur longueur et de leur dénivelé.

À condition d’avoir le niveau, sinon d’un coureur du Tour de France, du moins d’un cyclosportif affûté, tous sont réalisables en une journée. Mais Maurienne Tourisme ne poursuit pas vraiment cet objectif, préférant inciter la clientèle à passer quelque temps dans la vallée. Une durée de trois jours est donc conseillée pour le plus court des trois, et la prévenance va même jusqu’à proposer des “road books”, disponibles sur le site dédié à la pratique du vélo dans la vallée.

PRÉSENTATION DES TROIS CIRCUITS

➤ “Maurienn’Ita”, d’un bout à l’autre

Voilà le seul des trois tracés à se situer entièrement en Maurienne… ou presque, puisque l’arrivée se situe près du village de Moncenisio, tout à fait superbe.

Auparavant, il y aura tant de choses à découvrir pour un néophyte ! Les deux premières étapes sont très accessibles, d’Aiton à Saint-Jean, puis de Saint-Jean à Modane. La troisième, avec ou sans sa variante par Aussois et Sardières, est une mise en bouche avant le Mont-Cenis.

Disons qu’il s’agit sans doute du plus “touristique” des trois itinéraires, avec possibilité de faire halte dans des musées (Opinel, Espace Alu…), auprès d’éléments du patrimoine (forts de l’Esseillon) et de fleurons de l’économie traditionnelle locale et pourtant si modernes comme les coopératives laitières.

➤ 134 kilomètres, 2 096 mètres de dénivelé positif. ➤ Recommandation : quatre jours, trois nuits.

➤ La Madeleine, côté bien-être, à condition de…

On ne va pas se mentir, on ne gravit pas le col de la Madeleine depuis La Chambre sans une certaine expérience. Proposer son ascension « sur les traces des plus grands champions du Tour de France » s’adresse surtout à ceux qui s’accorderont l’aide bienveillante de la Fée électricité. Mille cinq cents mètres de dénivelé en vingt kilomètres, tout de même !

Heureusement la suite est plus tranquille, avec la descente vers Albertville puis l’itinéraire “V62” (eh oui, désormais, les voies cyclables ont leurs numéros…) qui permet de rentrer à bon port.

La balnéo pour se reposer d’un départ de belle facture Maurienne Tourisme suggère un départ d’Aiguebelle pour faire étape à Saint-François-Longchamp une première fois. L’objectif est touristique : inciter les pratiquants à profiter, à mi-pente, du centre de balnéothérapie de la station avant qu’ils ne s’engagent, le lendemain, dans l’ascension de la seconde partie du col. Après, pour une deuxième étape à Albertville, vous faites comme vous voulez…

➤ 117,6 km pour 1 994 mètres de dénivelé positif. ➤ Recommandation : trois jours et deux nuits.

➤ Les “6 mythiques”, col après col, sans désemparer

2 645 mètres, c’est l’altitude du col du Galibier. C’est aussi le dénivelé global promis à ceux qui se lanceront dans l’aventure. Pour un débutant, les quatre étapes ne sont pas de trop, et la Maurienne est bien bonne d’en suggérer deux hors de ses frontières, une très belle, à La Grave dans les Hautes-Alpes, l’autre indispensable, à Bourg-d’Oisans, avant d’attaquer la montée du Glandon côté Isère.

Il est vrai que La Grave, avec son label “Plus beaux villages de France”, a de quoi susciter l’enthousiasme. Surtout après avoir connu la joie d’escalader le col du Galibier depuis Valloire (lieu de la première étape).

Cet itinéraire comprend aussi un détour par Saint-Jean-de-Maurienne. On imagine que ceux qui découvrent la vallée ne rateront pas la capitale de la vallée.

➤ 173 km, 2 645 mètres de dénivelé positif. ➤ Recommandation : cinq jours et quatre nuits.

 Haut de page

Restez informés

Informations pratiques

  • Plan de la ville
    Plan de la ville
  • Valfréjus
    Valfréjus
  • Urgence et pratique
    Urgence et pratique
  • Annuaires
    Annuaires
  • Transports
    Transports
  • Location de salles / matériel
    Location de salles / matériel
  • Marchés
    Marchés
  • Nouveaux Modanais
    Nouveaux Modanais
  • Acces à la webcam - JPEG - 242.5 ko