AccueilRestez informésRevue de presseDL du 10/04/2016

DL du 10/04/2016

La boucherie LE BILLET Rittaud à l’honneur

Elle a reçu un Mercure d’or, prix national des Chambres de commerce et d’industrie

Une entreprise familiale qui se développe et impliquée dans la vie de sa commune et de sa profession, c’est ce que les Chambres de commerce et d’industrie de France ont voulu récompenser. Cette semaine, la boucherie Rittaud, installée à Fourneaux depuis 1967, a reçu un Mercure d’or dans la catégorie “développement économique et commercial”. « La boucherie a été créée par mes grands parents, Joanny et Paulette en 1967. Aujourd’hui, j’ai repris la boutique depuis douze ans, mes parents travaillent encore avec moi et ma femme, Mathilde », explique Lionel Rittaud. « Ce prix nous a été attribué par rapport à notre bilan. Nous étions trois au début et, aujourd’hui, il y a neuf salariés à la boucherie. Nous avons déménagé et triplé la surface de vente », précise Mathilde Rittaud. C’est la Chambre de commerce et d’industrie de Savoie qui a incité la boucherie de Fourneaux à s’inscrire au challenge. « Ça nous a permis de faire un point sur notre travail, sur notre évolution. On est fier de recevoir ce prix », complète t elle. Pour le maire de Fourneaux, François Chemin, « ce prix est aussi une récompense pour le dynamisme des commerçants du secteur et de l’implication de Mathilde et Lionel Rittaud dans la commune  ». Un développement commercial qui passe également par un site internet. « On l’a créé il y a quelque temps et on s’est mis à Facebook. Pour ce qui est des circuits courts, on l’a toujours fait, il fallait juste qu’on le fasse savoir », relève Mathilde Rittaud. En Savoie, le dernier Mercure d’or a été remis en 2011 à la famille Botti, dans la catégorie “Innovation commerciale et qualité” pour son magasin Val Fruits à Chambéry.

Agnès BRIANÇON MARJOLLET

Mathilde et Lionel Rittaud, entourés de leur équipe.

Il a enfermé la maison penchée dans une boule de neige

Frédéric Lallet a eu l’idée de créer un objet souvenir de ce lieu devenu touristique

Frédéric Lallet a imaginé des boules de neige avec la maison penchée à l’intérieur. Photo : LeDL/Thierry GUILLOT

Depuis 2012, il est possible de trouver des boules de neige avec la photo de la maison penchée de Modane. Une création que l’on doit à Frédéric Lallet, un Modanais de 46 ans. « C’est hallucinant le nombre de personnes qui s’arrêtent pour visiter la maison penchée. C’est un lieu que j’aime beaucoup. Je trouvais dommage qu’il n’existe pas de souvenirs à rapporter avec cette image. C’est comme ça que m’est venue l’idée d’une boule de neige ». Sur son temps libre, il contacte les deux entreprises françaises qui fabriquent ces boules souvenirs. « Le temps de prendre la photo et de faire l’ébauche du projet, j’ai reçu les premières boules quelques semaines après », se rappelletil. Le ministre des sports en a une sur son bureau Il en commande une centaine et les répartis dans les commerces de Modane et Fourneaux. « J’ai dû également demander l’autorisation au maire de Modane d’utiliser l’image de la maison penchée. Comme ça ne cause pas de tort à la commune, il a accepté  ». Depuis, il a créé une deuxième boule, avec les forts de l’Esseillon. « Mais c’est la maison penchée qui marche le mieux. C’est vraiment quelque chose d’étonnant. Il y a toujours des visiteurs à l’intérieur et ils cherchent à en faire profiter leurs amis en l’offrant en cadeau ». Salarié au centre de l’Albaron, Frédéric Lallet fait ça « pour le plaisir. Ça ne me rapporte pas grandchose. J’avais envie de faire découvrir les belles choses de la Maurienne au plus grand nombre ». En revanche, si la boule avec la maison penchée est la préférée des vacanciers, c’est celle des forts de l’Esseillon que Frédéric Lallet a eu la surprise de voir à la télévision. « Le ministre des sports, Patrick Kanner, est chionosphérophile (collectionneur de boules de neige). Lors d’un reportage, on voyait, sur son bureau, deux boules de neige, dont celle des forts de l’Esseillon ! » Agnès BRIANÇON MARJOLLET

La “tour de Pise” de Modane a résisté à la Seconde Guerre mondiale

Quand on va ou que l’on revient de Valfréjus, impossible de la rater. Sur le bord de la route, cette maison tient en équilibre, plantée dans le sol, mais avec deux angles distincts. Cette maison penchée défie les lois de la gravité. À l’origine, cette maison était un blockhaus de défense de défense de l’entrée monumentale du tunnel fer roviai re du MontCenis. En 1939, cette maison est construite sur la poudrière et reliée par une galerie au tunnel ferroviaire. Elle défend la nouvelle entrée du tunnel ferroviaire mise en service en 1881. Un ancien blockhaus Fin 1944, lors du repli, les troupes allemandes détruisent tous les ouvrages routiers et ferroviaires. Ils font exploser, dans le tunnel, deux wagons chargés d’explosifs. Avec la violence de l’explosion la galerie est obstruée et la poudrière pulvérisée. Seul le blockhaus rés i s te. I l es t projeté à quelques dizaines de mètres de son emplacement initial. C’est là qu’aujourd’hui, le public peut découvrir ce blockhaus devenu la maison penchée et faire l’expérience de curieuses sensations.

 Haut de page

Restez informés

Informations pratiques

  • Plan de la ville
    Plan de la ville
  • Valfréjus
    Valfréjus
  • Urgence et pratique
    Urgence et pratique
  • Annuaires
    Annuaires
  • Transports
    Transports
  • Location de salles / matériel
    Location de salles / matériel
  • Marchés
    Marchés
  • Nouveaux Modanais
    Nouveaux Modanais
  • Acces à la webcam - JPEG - 242.5 ko