AccueilRestez informésRevue de presseDL du 08/10/2016

DL du 08/10/2016

Deux appartements seront ouverts pendant la saison hivernale

Le 1er novembre, un centre d’accueil d’urgence proposera seize places

Fini le cas de conscience posé, chaque hiver, aux maires de Modane et Fourneaux, et aux agents de la Police aux frontières. Désormais, les sans domicile fixes, les personnes en situation précaire ou les passagers des trains en situation irrégulière ne dormiront plus sous les abribus ou dans les cages d’escalier. Du 1 e r novembre au 31 mars, ils pourront, pendant cinq nuits, bénéficier d’un lit chaud, de sanitaires et d’un endroit pour manger. Ce dispositif a été présenté, hier, par les maires des deux communes, le sous préfet, Morgan Tanguy et la directrice de l’association chambérienne d’accueil la Sasson, Paule Tamburini. « Ce qui dirigé notre action, c’est le respect de la dignité des personnes. Cela fait onze ans que le dossier n’aboutissait pas avec, à la clé, des personnes qui erraient dans les rues toute la nuit. L’hiver est une période à risque ici », a rappelé le sous préfet, Morgan Tanguy. Ce centre d’hébergement d’urgence a été installé dans deux appartements de l ’Opac, cours Aristide Briand. « Ils seront ouverts de 19 h 30 à 7 h 30 et accessibles aux personnes et familles sans domicile ou en situation précaire. Elles pourront rester au maximum cinq nuits », détaille la directrice de la Sasson, Paule Tamburini. Deux personnes embauchées pour gérer la structure C’est elle qui aura la charge de la gestion de la structure. « Deux personnes vont être recrutées en contrat d’insertion pour accueillir les personnes et veiller la nuit », complète-t-elle. Le budget de fonctionnement se monte 22 000 euros, payé par l’État. Les communes, elles, se chargent du ménage. « Les personnes accueillies pourront, si elles le souhaitent, bénéficier d’un suivi et d’une aide pour trouver un logement ou une situation plus stable. Les associations de la Croix Rouge, du Secours catholique et des Restos du coeur sont partenaires du centre », a précisé le sous préfet. Dans chaque appartement, deux chambres de quatre lits sont proposées, des sanitaires, ainsi qu’une pièce commune où des repas seront proposés. « Chaque matin, le centre refermera ses portes  », rappelle Paule Tamburini. Un comité de suivi a été créé pour évaluer, de manière régulière, la vie de cette structure. Agnès BRIANÇON MARJOLLET

Hier, autour du sous-préfet Morgan Tanguy, les maires de Modane Jean-Claude Raffin et de Fourneaux François Chemin, les associations d’aide et la Sasson ont acté l’ouverture du centre d’hébergement d’urgence de Modane. Photo : Le DL/A.B.-M.

Avant cette ouverture, dix ans de travail et de débrouille

Depuis dix ans et avec des interventions de Thierry Repentin au plus haut sommet de l’État, les maires de Modane et Fourneaux se battaient pour trouver une solution « digne. Il y a plus de dix ans, comme la gare restait ouverte la nuit, on ne se rendait pas compte que certains y dormaient. Quand il y a eu la réorganisation des agents de la SNCF, la gare était fermée. On a alors vu des gens dormir n’importe où en plein hiver », décrit le maire de Fourneaux et conseiller régional, François Chemin. « Chaque hiver, ce problème nous empoisonnait. On a essayé de trouver des solutions avec la SNCF, mais en vain », relève le maire de Modane, Jean Claude Raffin. L’un des préfets précédents avait tenté de trouver des locaux dans la gare pour installer une telle structure. « Le jour de sa visite, la SNCF était en grève, les agents n’avaient pas les clés pour ouvrir le local. Le préfet est reparti très en colère », rapporte l’un des témoins de la scène. À la Police aux frontières, cette absence d’hébergement temporaire a conduit à des situations insolites. « Il arrivait que l’on contrôle des passagers en situation irrégulière. Comme ils n’avaient plus de train pour repartir, ils se retrouvaient bloqués à Modane. En plein hiver, on ne pouvait pas les laisser dehors. Alors, ils dormaient dans les locaux de la Paf. Pour la nourriture, on se débrouillait  », se rappelle l’un des policiers.

Football : le onze fanion reçoit Val d’Hyères et la réserve accueille Aiguebelle

Aujourd’hui, les U6U7 se déplacent à Aiguebelle (départ à 13 heures). Les U13 B jouent à Aime contre FC HauteTarentaise (départ à 12 h 45). Les U13 A reçoivent Chambéry Savoie foot (joueurs au stade à 13 heures). Demain, à Modane, les féminines affronteront HauteTarentaise à 10 heures. Après la lourde défaite encaissée à La Bâthie, les Modanaises ont l’occasion de se racheter et de signer leur première victoire. La réserve accueille Aiguebelle à 12 h 45. Une formation qui ne réussit que rarement aux Modanais, 8e. Lors de ce derby, ils doivent confirmer leur regain de forme. Attention aux Aiguebellains, 4e, plus performants à l’extérieur en ce début de saison, avec un nul et une victoire au compteur. Le onze fanion reçoit Val d’Hyères à 15 heures. Un choc à ne pas rater. Avec trois succès en autant de rencontres, les joueurs du bassin chambérien occupent la place de leader. Ils viennent en Maurienne pour accentuer leur avance. La balle est dans les pieds des Modanais, 2e. Ils ne veulent pas voir leur adversaire du jour prendre le large. Pour signer un nouveau succès, les hommes de Cédric Faccio doivent se montrer plus agressifs et faire preuve de réalisme.

Les deux équipes seniors sont prêtes à briller, dimanche, à domicile.

 Haut de page

Restez informés

Informations pratiques

  • Plan de la ville
    Plan de la ville
  • Valfréjus
    Valfréjus
  • Urgence et pratique
    Urgence et pratique
  • Annuaires
    Annuaires
  • Transports
    Transports
  • Location de salles / matériel
    Location de salles / matériel
  • Marchés
    Marchés
  • Nouveaux Modanais
    Nouveaux Modanais