AccueilRestez informésRevue de presseDL du 07/04/2020

DL du 07/04/2020

Coronavirus : non, les Italiens ne viennent pas faire leurs courses en Savoie

Un pharmacien de la région de Modane en Savoie s’est inquiété de la présence de frontaliers dans son officine alors qu’il est impossible aux Italiens de passer la frontière. Explications.

La navette Modane/Bardonecchia n’effectue plus que quatre allers-retours par jour, contre cinq en temps normal. Et les contrôles sont systématiques. Archives photo Le DL /Sylvain MUSCIO

C’est une publication qui a fait grand bruit sur les réseaux sociaux. Samedi 4 avril, un pharmacien de la région modanaise a interpellé la députée de Savoie Émilie Bonnivard (LR) via un message partagé plus de 1 300 fois sur Facebook. “Nous avons accueilli en notre pharmacie de nombreux Italiens venant faire leurs courses en France (cinq rotations par jour des bus navettes venant d’Italie tous les jours, sans attestation de circulation obligatoire pour les Français), ainsi que quelques Français arrivés aujourd’hui, venant pour les vacances en location ou en résidence secondaires dans cette belle vallée. Pensez-vous cela logique et raisonnable ?”

Un message que certains n’ont pas tardé à reprendre pour demander une fermeture totale de la frontière. « Des bus complets ou navettes venant d’Italie en cette période critique, dites-moi que je rêve ? », s’est même insurgé un internaute. « La fréquentation de mon officine a baissé de moitié. Du coup, on se rend compte quand il y a de nouvelles têtes »

Dès le lendemain, la députée a rappelé que “des contrôles systématiques sont faits à la frontière par la Police aux frontières (PAF), en entrée en France. Les Italiens contrôlent les entrées et les sorties également. En ce qui concerne la navette Modane/Bardonecchia, elle roule quasiment à vide. Seules quatre personnes ont été contrôlées la semaine dernière lors de son utilisation, et il s’agissait de cheminots italiens travaillant à la gare à Modane.”

Côté italien, la police municipale de Bardonecchia confirme l’impossibilité pour les Italiens de se rendre à Modane pour aller simplement à la pharmacie.

« Les autocertifications [équivalant aux attestations de déplacement dérogatoires en France, NDLR] sont indispensables pour sortir de sa commune, et donc pour prendre la navette », explique un policier. « Elles prévoient les motifs de travail et les motifs urgents, mais faire ses courses de pharmacie en France n’en fait pas partie. »

Bardonecchia dispose par ailleurs d’une pharmacie apte à répondre à tous les besoins. Il est vrai que beaucoup de ses habitants ont l’habitude d’acheter des médicaments à Modane, car ils sont moins chers qu’en Italie. Mais en cette période de confinement, c’est impossible, sauf pour les travailleurs transfrontaliers. Rassuré par cette explication, le pharmacien précise qu’« il n’y a ni plus ni moins de clients italiens que d’habitude ». "Des clients sont venus avec des ordonnances faites à Lyon ou Paris. C’est ce qui m’a décidé à écrire ce message"

Et d’ajouter : « Mais je trouvais ça bizarre que la navette poursuive son fonctionnement. Je ne savais pas particulièrement qu’il y avait des travailleurs transfrontaliers. Il faut rassurer les gens : ce ne sont pas des gens qui viennent de Turin pour faire leurs courses ! » Quant à la présence de touristes, elle ne fait aucun doute pour ce professionnel de santé. « La fréquentation de mon officine a baissé de moitié. Du coup, on se rend compte quand il y a de nouvelles têtes. Samedi, des clients sont venus avec des ordonnances faites à Lyon ou Paris. C’est ce qui m’a décidé à écrire ce message. »

Le pharmacien a aussi été contacté par le maire, la sous-préfecture, les commandants de police et de gendarmerie, qui lui ont assuré que les contrôles seraient accrus. Émilie Bonnivard en profite pour rappeler que “celles et ceux qui sont venus dans leur résidence secondaire avant le vote des mesures d’urgence - c’est-à-dire au tout début du confinement -, n’ont pas été en infraction (même si leur décision est contestable d’un point de vue civique). En revanche, celles qui sont arrivées ce week-end le sont même si, humainement, tout le monde peut comprendre le besoin de sortir de son appartement en ville.” Le pharmacien, soulagé, se félicite de la réactivité des différentes instances : « Mon message a porté ses fruits. C’est aussi le rôle des soignants de transmettre ce qui paraît anormal. »

 Haut de page

Restez informés

Informations pratiques

  • Plan de la ville
    Plan de la ville
  • Valfréjus
    Valfréjus
  • Urgence et pratique
    Urgence et pratique
  • Annuaires
    Annuaires
  • Transports
    Transports
  • Location de salles / matériel
    Location de salles / matériel
  • Marchés
    Marchés
  • Nouveaux Modanais
    Nouveaux Modanais
  • Acces à la webcam - JPEG - 242.5 ko