AccueilRestez informésRevue de presseDL du 05/05/2017

DL du 05/05/2017

Deux Italiens condamnés à deux ans de prison ferme Ils transportaient 2,5 kg d’anesthésiant

Le 1er mai, au tunnel du Fréjus, les douaniers de Modane contrôlaient un camping car occupé par trois jeunes hommes de nationalité italienne. Avec une certaine euphorie, ceux-ci affirmaient s’être rendus à Amsterdam où ils avaient consommé des stupéfiants à l’occasion d’un anniversaire. Dans un caisson du véhicule, les agents trouvaient trois sachets contenant au total 2,5 kg de poudre de kétamine, un anesthésiant puissant pour animaux, ainsi que 200 g d’ecstasy. En retenue douanière, deux des individus avaient déclaré avoir acheté la kétamine en Hollande pour un montant de 20 000 € afin de la revendre dans des discothèques en Italie. La troisième personne, mise hors de cause à l’issue de sa garde à vue, a quant à elle été libérée. Âgés de 25 et 27 ans, Renato Sisto et Fédérico Marotto ont été jugés en comparution immédiate, jeudi après midi, par le tribunal correctionnel d’Albertville où ils ont confirmé leurs déclarations. « On voulait revendre ça pour vivre un peu tranquillement », a expliqué l’un d’eux. « Je travaille de temps en temps et parfois je revends de la drogue. Soit c’est ça, soit on ne mange pas », ajoutait son co-prévenu. Défendus par Me Laure Sauthier et Me Sophie Clatot, ils ont été condamnés à deux ans de prison assortis d’une amende douanière de 50 600 €. Olivier MASSEBOEUF

Haute Maurienne Vanoise voudrait libérer du foncier pour l’activité économique

Mercredi, le conseil communautaire de HauteMaurienne Vanoise a choisi, parmi les 23 zones d’activités économiques réparties sur le territoire, de SaintAndré à BonnevalsurArc, lesquelles relèveraient dorénavant de la responsabilité de la communauté de communes, et lesquelles resteraient dans le giron communal. La commission “développement économique”, sous l’égide du viceprésident Jérémy Tracq, n’a pas forcément retenu les plus grandes, mais plutôt celles qui sont inscrites en tant que telles dans un document d’urbanisme, qui réunissent plusieurs entreprises et peu d’exploitations agricoles, et qui ont encore du terrain disponible. Vont ainsi devenir intercommunales la zone dite “NapoléonBonaparte” à Bramans, le pôle Matussière à Fourneaux (bien qu’il soit plein), une partie de la zone de Lecheraine à Lanslebourg et Le Chalp, t la zone des Favières à Sol l ières. Pour Modane, outre le pôle industriel du Fréjus qui appartient déjà à la communauté de communes (comme la zone de La Praz à SaintAndré), sont concernées les zones de La Citadelle, La Boucle, Les TerresBlanches et Les Glacières. La bande classée Ue de l’autoport du Fréjus, au Freney, restera communale : il y a un projet de lotissement sur ce secteur. Frédéric THIERS

La communauté se positionne sur les terrains SNCF

Le vrai problème, c’est la faiblesse du terrain disponible pour d’éventuelles entreprises désireuses de s’installer. « Nous avons 50 hectares de ZAE, mais seulement 4 hectares disponibles  », constate Jérémy Tracq. La moitié se situe sur la zone des Glacières, à Modane, côté Sud de la voie ferrée, et encore : ces terrains sont soit en friche, soit utilisés par la police aux frontières pour stocker les véhicules saisis. À part ça, il ne reste que des bricoles : 2 000 m² à Bramans, autant à La Citadelle, et un peu plus d’un hectare aux Favières. Là, le projet de plaine de jeux qui fait l’objet d’un permis de construire se situe, en fait, hors zone. Certes, une commune ne pourra plus, maintenant que la communauté exerce la compétence en matière économique, créer une zone d’activités pour son propre compte. Mais le problème, c‘est surtout le manque de foncier. La commission a donc demandé « à ce que soit étudiée la possibilité d’intégrer la zone SNCF de Modane Fourneaux comme ZAE », ce qui constitue « l’opportunité d’une grande surface de foncier disponible en cas de diminution de l’emprise ferroviaire  ». Le véritable enjeu est là. « Ce serait bien d’appuyer à ce sujet », a suggéré Jean Claude Raffin. Le président Christian Simon est plus direct : « il faut carrément dire qu’on veut récupérer ces terrains ». Il est clair que ça n’est pour tout de suite, mais la communauté de communes prend date. L’urgent, pour l’instant, est de finaliser le transfert des zones choisies à la CCHMV, d’ici à l’hiver. IL faut définir qui va gérer les infrastructures (et les déneiger…), identifier les travaux à prévoir, passer éventuellement des conventions, etc. Un travail doit donc s’engager avec les services techniques de chaque commune concernée, pour descendre jusque dans le moindre détail. F.T.

Jérémy Tracq (à gauche), vice-président, constate qu’il reste très peu de terrains disponibles sur les zones d’activités de la communauté de communes. Photo Le DL/F.T.

L’INFO EN + LE CASSE-TÊTE DES LOGEMENTS

Normalement, il ne doit pas y avoir de logement sur une zone d’activités économiques. mais il y a des contre-exemples : des locaux de fonction, destinés par exemple à la surveillance, sont devenus des habitations, ou des permis déposés pour des soi-disant bureaux se sont révélés avoir servi à construire des appartements. À l’avenir, les élus conviennent qu’il faudra être vigilant, ce qui n’est pas si simple : si les zones d’activités relèvent de la communauté de communes, la délivrance des permis de construire, elle, demeure de la responsabilité du maire.

 Haut de page

Restez informés

Informations pratiques

  • Plan de la ville
    Plan de la ville
  • Valfréjus
    Valfréjus
  • Urgence et pratique
    Urgence et pratique
  • Annuaires
    Annuaires
  • Transports
    Transports
  • Location de salles / matériel
    Location de salles / matériel
  • Marchés
    Marchés
  • Nouveaux Modanais
    Nouveaux Modanais