AccueilRestez informésRevue de presseDL du 04/11/2018

DL du 04/11/2018

Le Museobar vous emmène à la découverte de l’histoire de la papeterie Matussière

Pianos mécaniques, objets historiques et photos d’archives, l’exposition permanente du Museobar de Modane est toute entière tournée vers l’histoire de la ville frontière. Depuis juin d e r n i e r e t j u s q u ’ e n avril 2019, cette collection permanente est complétée par une exposition sur l’usine Matussière de Fourneaux. De 1885 à 1993, cette usine a constitué la principale activité industrielle de Modane. Pour revenir sur ce siècle d’histoire, 15 panneaux et des interviews filmées d’anciens ouvriers permettent de mieux saisir le passé papetier de la ville. Une plongée au coeur de l’histoire de l’usine On peut ainsi apprendre que, dès 1904, des considérations de pollution environnementale vont influencer le développement de l’usine. Les colorants utilisés pour traiter le papier produit ont une certaine tendance à colorer aussi l’Arc. Mais de la guerre, aux révoltes sociales en passant par les catastrophes naturelles, rien n’est épargné à l’usine. C’est finalement en 1993, après plus de 100 ans d’existence et quatre générations de Matussière, que l’usine ferme ses portes. « Cela a été un énorme coup de massue pour la ville. Ça arrivait au moment où les gardes-frontières, les douaniers disparaissaient de Modane, explique Claudine Théolier, qui a réalisé l’exposition sur l’usine. Ce qui est le plus frappant dans les entretiens avec les anciens ouvriers, c’est l’attachement qu’ils évoquent pour l’usine ». Et dans l’exposition concoctée par Claudine, les ouvriers ont la part belle. « Contrairement à d’autres expositions où ce sont les patrons qui sont mis à l’honneur, ici ce sont les ouvriers. Cela tient beaucoup à la volonté de discrétion de la famille Matussière qui a toujours refusé de se mettre en avant ». Aujourd’hui, l’usine a complètement disparu du paysage modanais. Tout juste retrouve-t-on le nom de Matussière sur la zone commerciale. Raphaël ISSELET

À partir du 12 novembre, le Museobar sera fermé jusqu’au 17 décembre.

Des ouvriers de la papeterie de Modane dans le “lessiveur horizontal”, utilisé pour traiter le bois.

“Poèmes argentiques” pour une émotion du passé

En plus des deux expositions sur l’histoire de Modane, le Museobar accueille les oeuvres de l’artiste Élisa Fuksa Anselme. Mélanges de collage, de peinture et de photographie, les créations sont très fort justement nommés “poèmes argentiques”. Les oeuvres présentées au sein du musée permettent à tous les visiteurs de s’approprier les photos travaillées par l’artiste. Chacun est libre de lire ce qu’il veut dans les portraits et autres pages de journaux. « On a bien vu que le public a beaucoup aimé l’exposition. Ce qui était intéressant aussi, c’était de voir les gens venir une première fois, dire c’est beau et puis revenir en s’arrêtant vraiment sur une photo en particulier », raconte Claudine Théolier, la conservatrice du musée. Les oeuvres d’Elisa Fuksa- Anselme sont visibles au Museobar jusqu’au 10 novembre, inclus, durant les heures d’ouverture du musée. Photo Collection François Chemin

Une oeuvre d’Elisa Fuksa-Anselme intitulée “J’arrive à Paris” et présentée au Museobar. Photo DR

 Haut de page

Restez informés

Informations pratiques

  • Plan de la ville
    Plan de la ville
  • Valfréjus
    Valfréjus
  • Urgence et pratique
    Urgence et pratique
  • Annuaires
    Annuaires
  • Transports
    Transports
  • Location de salles / matériel
    Location de salles / matériel
  • Marchés
    Marchés
  • Nouveaux Modanais
    Nouveaux Modanais
  • Acces à la webcam - JPEG - 242.5 ko